1856 Views |  Like

Le photographe Reza est notre invité

Temps de lecture : 1 minute et 38 secondes

Cette semaine, nous accueillons le photojournaliste français d’origine iranienne Reza. À l’occasion de la sortie du livre « Iran, Rêves et dérives » publié avec son frère Manoocher aux éditions Editions Hoëbeke, avec des textes de l’auteure Rachel Deghati. Il a sélectionné pour nous quatre clichés venus dresser un portrait intime d’une nation. Jusqu’à vendredi, nous découvrirons les fragments de cet ouvrage.

Célèbre photojournaliste, Reza parcourt le monde depuis son départ d’Iran en 1981. Ses images sont diffusés dans les médias internationaux (National Geographic, Time Magazine, Newsweek, El Pais, Paris Match, Géo…), mais également sous forme de livres, d’expositions et de documentaires. Photographe dans l’âme depuis son adolescence, marqué par son destin d’ancien prisonnier politique lorsqu’il est étudiant, la révolution iranienne le révèle photoreporter. En parallèle, dès 1983, il s’engage pour l’éducation visuelle informelle des jeunes et des femmes à travers le monde, et crée différentes associations. Collaborateur régulier à la National Geographic Society depuis 1991 et Senior Fellow de la Fondation Ashoka, il reçoit de nombreux prix dont le World Press Photo, l’Infinity Award, ainsi que la médaille de Chevalier de l’Ordre national du Mérite.
http://reza.photo/

Portrait chinois de Reza

Si j’étais une œuvre d’art : Guernica
Si j’étais un musée ou une galerie : les murs du monde à ciel ouvert
Si j’étais un artiste : le premier être humain qui a peint sur les murs des grottes
Si j’étais un livre : un cahier de pages blanches pour que chacun écrive une histoire
Si j’étais un film : Où est la maison de mon ami? (Abbas Kiarostami)
Si j’étais un morceau de musique : le chant du ney (flûte de roseau) interprétê par un berger
Si j’étais une photo accrochée sur un mur : un miroir pour que les passants, derrière leur visage décèlent leur âme
Si j’étais une citation : «  Tous les ténèbres du monde ne peuvent éteindre la lueur d’une seule petite bougie ».
Si j’étais un sentiment : l’empathie
Si j’étais un objet :  une bougie
Si j’étais une expo : une mosaïque de portraits des peuples du monde de toutes les couleurs et origines
Si j’étais un lieu d’inspiration : le sommet des montagnes
Si j’étais un breuvage : le thé vert
Si j’étais un héros: Nelson Mandela
Si j’étais un vêtement : un Pakol.

Retrouvez les cartes blanches de notre invité

> Carte blanche à Reza : Le vieil homme (le mardi 14 janvier 2020)
> Carte blanche à Reza : L’exil (le mercredi 15 janvier 2020)
> Carte blanche à Reza : La lumière et la guerre (le jeudi 16 janvier 2020)
> Carte blanche à Reza : Le deuil des sacrifiées (le vendredi 17 janvier 2020)

INFORMATIONS PRATIQUES
Iran, Rêves et dérives
Reza et Manoocher Deghati
Editions Hoëbeke
288 pages
22 x 25 cm
39 €