L'Invité.e

Marie Robert, Conservatrice au Musée d’Orsay, est notre invitée

Temps de lecture estimé : 4mins

Pour inaugurer l’année 2021, nous accueillons Marie Robert, conservatrice en chef chargée de la photographie au Musée d’Orsay. Son exposition “Qui a peur des femmes photographes ? 1839-1945” présentée au public en 2015 a été une véritable révélation. Elle vient de publier, avec Luce Lebart, l’ouvrage “Une histoire mondiale des femmes photographes” aux éditions Textuel, en rupture de stock quelques semaines après sa sortie. Jusqu’à vendredi, Marie Robert partagera avec nous ses coups de cœur, ses expériences passées et ses actualités à venir…

Une histoire mondiale des femmes photographes / Textuel

Née à Lyon en 1974, Marie Robert a d’abord cheminé à travers les concours de la fonction publique : École normale supérieure de Cachan, agrégation de sciences économiques et sociales, Institut national du patrimoine. Ses goûts personnels l’ont parallèlement conduite de l’image animée (des travaux universitaires consacrés à la Nouvelle Vague) à l’image fixe : en charge du département de la photographie à la Médiathèque de l’architecture et du patrimoine, puis des collections du musée d’Orsay (depuis 2011), elle jette sur la photographie un regard marqué par l’histoire et les sciences sociales. Après les expositions « Qui a peur des femmes photographes ? » et « Splendeurs et misères. Images de la prostitution » en 2015 et 2016, elle enseigne pendant trois ans à l’Ecole du Louvre une histoire de la photographie au prisme du genre, puis conçoit avec Luce Lebart l’ouvrage qui vient de paraitre aux éditions Textuel, Une histoire mondiale des femmes photographes. Elle travaille aujourd’hui à redonner une place aux débuts du cinéma au sein du parcours permanent du musée d’Orsay et prépare pour septembre de cette année avec Dominique Païni et Paul Perrin une exposition intitulée « Vivement le cinéma ! ».
Denis-Michel Boëll
https://www.musee-orsay.fr/

Le portrait chinois de Marie Robert

Si j’étais une œuvre d’art : La grotte de Lascaux
Si j’étais un musée ou une galerie : Le défunt Musée national des arts et traditions populaires
Si j’étais une artiste: Je serais cinéaste
Si j’étais un livre : Le Réel. Traité de l’idiotie par Clément Rosset (Paris, Éditions de Minuit, 1978)
Si j’étais un film : Le « final » dissonant (et très male gaze) de Nous ne vieillirons pas ensemble de Maurice Pialat, où le duo chanté entre Adam et Eve (La Création, Haendel) accompagne les images du couple qui se consume

Si j’étais un morceau de musique : I Want You, de Bob Dylan
Si j’étais un photo accrochée sur un mur : Les 45 clichés des sœurs Brown par Nicholas Nixon
Si j’étais une citation : « Cela dura toute la nuit. De temps en temps la chèvre de M. Seguin regardait les étoiles danser dans le ciel clair, et elle se disait : – Oh ! pourvu que je tienne jusqu’à l’aube.
L’une après l’autre, les étoiles s’éteignirent. Blanquette redoubla de coups de cornes, le loup de coups de dents.
Une lueur pâle parut dans l’horizon. Le chant du coq enroué monta d’une métairie.
– Enfin ! dit la pauvre bête, qui n’attendait plus que le jour pour mourir ; et elle s’allongea par terre dans sa belle fourrure blanche toute tachée de sang.
Alors le loup se jeta sur la petite chèvre et la mangea. »
Que j’ai aimé entendre ma grand-mère me raconter cette nouvelle d’Alphonse Daudet (« La chèvre de Monsieur Seguin », 1869) et m’inviter ainsi à la liberté !
Si j’étais un sentiment : La joie
Si j’étais un objet : Un prie-Dieu
Si j’étais une exposition : « Léon Spilliaert. Lumière et solitude », conçue par ma collègue Leila Jarbouai et qui va être décrochée, faute de pouvoir rouvrir les portes du musée au public.
Si j’étais un lieu d’inspiration : Le massif de la Chartreuse. On y accède par la route du Désert
Si j’étais un breuvage : Pourvu qu’on ait l’ivresse !
Si j’étais un héros : Albator, le corsaire de l’espace
Si j’étais un vêtement : No bra

CARTES BLANCHES DE NOTRE INVITÉE

Carte blanche à Marie Robert : La photographie est-elle un art ? (mardi 12 janvier 2021)
Carte blanche à Marie Robert : Le photographe et le monde du silence (mercredi 13 janvier 2021)
Carte blanche à Marie Robert : Le photographe et la double vie (jeudi 14 janvier 2021)
Carte blanche à Marie Robert : Le photographe et la militante (vendredi 15 janvier 2021)

À LIRE
Compte rendu de la conférence les femmes photojournalistes, entre stéréotypes et préjugés, quelle réalité, quelle égalité ? Un historique avec Marie Robert, Conservatrice au musée d’Orsay
Visuelles.art : Entretien avec Marie Robert, Conservatrice au Musée d’Orsay en charge de la photographie

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e