Temps de lecture : 1 minute et 59 secondes

C’est presque par hasard que Sandra Calligaro découvre Kaboul pour la première fois, tombée sous le charme d’un pays fascinant et complexe, l’Afghanistan deviendra rapidement sa terre d’accueil. Depuis 10 ans, la photographe travaille entre la France et l’Afghanistan, ses reportages et notamment son projet « Afghan Dream » seront de nombreuses fois primés et exposés. Demain s’inaugure « Afghan Stories | Waiting For Hope » au Point Ephémère.

Près de quarante ans de conflits ont durement éprouvé l’Afghanistan. Malgré les objectifs de stabilisation du pays annoncés par la communauté internationale, la situation sécuritaire ne cesse de se dégrader. L’année 2016 a d’ailleurs été une année particulièrement sanglante tandis que 2017 a commencé dans la violence. Les civils ont payé un lourd tribut, de même que les structures de santé et les humanitaires.

Les vagues de violence successives ont provoqué de vastes déplacements de population, tant à l’intérieur du pays que vers les pays voisins (Iran et Pakistan). L’année 2016 représente un nouveau record en terme de mouvement de population : plus de 630 000 personnes ont fuit leur village vers des lieux plus sûrs, plus de 560 000 Afghans ont quitté le Pakistan. Poussés à rentrer dans leur pays d’origine après parfois plus de 30 ans d’absence, on estime qu’au total  ce sont 5,7 millions de ses Afghans exilés qui sont aujourd’hui de retour et ont de graves difficultés à s’établir, à se loger, à subvenir à leurs besoins et à avoir accès à des services de base. En outre, les fréquentes vagues de sécheresse et des catastrophes naturelles (inondations, glissements de terrain, séismes) rendent le quotidien de millions de familles à travers le pays toujours plus difficile. Les Nations Unies estiment à plus de 250 000 le nombre de personnes affectées par les catastrophes naturelles chaque année, dans les différentes régions d’Afghanistan.

Financé par la Commission européenne (ECHO), le programme ERM (mécanisme de réponse d’urgence) permet à un réseau d’organisations humanitaires actives à travers tout le pays (ACF, ACTED, DRC, DACAAR, PIN, NRC, Première Urgence Internationale, SOLIDARITES INTERNATIONAL) de disposer de suffisamment de ressources (personnel qualifié, trésorerie, articles non-alimentaires, logements d’urgence, équipements hydrauliques et sanitaires d’urgence) pour répondre en urgence aux besoins humanitaires des populations touchées par une catastrophe ou un conflit. Les familles les plus vulnérables reçoivent ainsi une protection spécifique. Depuis janvier 2016, le projet ERM a permis d’aider et de répondre aux besoins de 90 550 personnes à travers le pays.

Pour alerter sur cette crise oubliée la Commission européenne a chargé Action contre la Faim d’organiser une exposition photographique et de réaliser un site Internet dédié permettant de montrer au grand public le difficile quotidien des familles afghanes, leurs besoins et les réponses apportées par les organisations humanitaires. Trois mois de reportage auprès des bénéficiaires du programme ERM ont permis à la photographe Sandra Calligaro de collecter des photos et des témoignages rares de ces Afghans oubliés, qui survivent tant bien que mal aux quatre coins du pays. Un témoignage intime et pudique qui permettra au public de pouvoir entrevoir la réalité quotidienne de ces familles qui font face à un avenir incertain.

EXPOSITION
Afghan Stories | Waiting For Hope
Sandra Calligaro
Présentée par Action contre la Faim et ECHO
Du 31 janvier au 05 février 2017
Point Ephémère
200 Quai de Valmy
75010, Paris
http://www.pointephemere.org
http://sandracalligaro.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

X
X