Temps de lecture : 58 secondes

Le Prix FotoEvidence Book 2017 a été remis à la photojournaliste indienne Poulomi Basu pour son projet de livre sur sa série « A Ritual of Exile: Blood Speaks ». La photographe de l’agence VII a enquêté sur les causes et les conséquences de la violence banalisée contre les femmes au Népal et plus particulièrement sur le rituel chaupadi.

Sous le couvert de la tradition hindoue, la cause profonde de cette violence faite aux femmes est la croyance en l’impureté du sang menstruel des femmes. Considérées comme intouchables lors de leur période de règles, les femmes sont obligées de s’écarter des hommes, et partent vivre recluses dans une hutte afin de ne pas “contaminer” leur communauté par leur impureté.
Ici, la violence prend la forme d’un exil.

Des sujets dont on parle peu, voire pas du tout. Dans un monde ravagé par la guerre, les médias n’ont que faire de ces problèmes qui se passent dans l’intimité d’un foyer.

Le Prix FotoEvidence Book récompense chaque année un photographe qui s’engage en faveur des droits de l’homme et contre les injustices sociales partout dans le monde. Cette année le jury était composé de Nina Berman (Noor), Elizabeth Biondi, James Colton (Zuma), Eli Reed (Magnum), Molly Roberts (National Geographic) et John Stenmeyer (National Geographic).

Les quatre finalistes étaient : Jan Grarup pour « Mosul Exodus », Amnon Gutman avec « Ukraine Crisis- The East », Fabian Muir avec « Searching for North Korea » et Alessio Romenzi pour « This is Just the Beginning ».

Le livre sera publié en octobre 2017, il rassemblera une soixantaine d’images et sera accompagné d’une exposition qui se déroulera à New York.

http://www.poulomibasu.com
http://www.fotoevidence.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

X
X