Temps de lecture : 1 minute et 8 secondes

James Barnor, né en 1929, est considéré comme le pionnier de la photographie ghanéenne. Pendant une carrière longue de soixante années, il fut un témoin privilégié de la prise d’indépendance des pays sub-sahariens, ainsi que de la formation de la diaspora à Londres dans les années 1960. La Galerie Clémentine de la Féronnière le présente en ses murs pour la seconde fois avec une sélection de tirages dont une partie complètement inédite.

Jusqu’au 31 mars, avec It’s great to be young, la galerie propose de se focaliser sur le travail de James Barnor comme photographe témoin accompagné d’une mise en regard de quelques images de Marc Riboud. Si les deux hommes ne se sont jamais rencontrés, ils ont oeuvré sur les mêmes territoires (ici le Ghana et le Royaume-Uni), à peu de choses près aux mêmes époques. En tentant de dépasser la simple lecture que les images iconiques de ces deux maîtres – l’un du Nord, l’autre du Sud – auraient laissé dans l’Histoire de la photographie, nous proposons une narration ponctuée d’indices visibles et d’histoires photographiques, que James Barnor se proposera de partager avec nous. Ce, sur une proposition de David Riboud, qui lui avait, il y a quelques années, apporté une petite carte illustrée de son père. Celle-ci montrait un bus qui portait l’inscription « It’s great to be young », phrase qui fait écho au nom que James donna à son studio dans les années 1950, le « Ever Young studio ». Les images de ces deux photographes s’étaient par ailleurs déjà rencontrées, par-delà les différences, lors d’une exposition à la Tate Britain en 2012.

INFORMATIONS PRATIQUES
It’s great to be young
Photographies de James Barnor et images choisies de Marc Riboud.
Du 15 février au 31 mars 2018
Galerie Clémentine de la Féronnière
[deuxième cour]
51, rue saint-Louis-en-l’île
75004 Paris
http://www.galerieclementinedelaferonniere.fr
Ouvert du mardi au samedi de 11h à 19h.

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X