Temps de lecture : 1 minute et 47 secondes

Vous avez jusqu’au 3 juin pour découvrir le travail de Yulia Grigoryants. Cette jeune photographe arménienne présente – dans le cadre du cycle « Escale à la Grange aux Belles – Images du réel » – son reportage sur le conflit du Karabagh réalisé entre 2014 et 2016.

Une guerre sans fin

La violence contre la population arménienne dans la République socialiste soviétique d’Azerbaïdjan à la fin des années 1980 et le combat du Haut-Karabagh pour l’indépendance et son rattachement à l’Arménie menèrent à une guerre de grande ampleur au début des années 1990. Terre historiquement arménienne, le Haut-Karabagh, principalement peuplé d’Arméniens, fut libéré et un accord de cessez-le-feu fut signé en 1994. Mais la guerre n’a jamais cessé.

Même si les hostilités entre Arméniens et Azéris ont cessé depuis cette date, des violations de cessez-le-feu par les Azéris persistent quotidiennement sur toute la ligne de contact du Haut Karabagh avec l’Azerbaïdjan et même à la frontière arméno-azérie. Depuis plus de 20 ans, pris au piège entre guerre et paix, les habitants vivent come des “otages”.

Dans la nuit du 2 avril 2016, le conflit gelé explose lorsque l’Azerbaïdjan attaque le long de la ligne de contact du Haut-Karabagh. Quatre jours de combat suivirent, avec l’utilisation de d’armes lourdes, d’hélicoptères militaires, ce qui causa la mort de centaines de personnes des deux côtés. Le combat pris finalement fin par un accord de cessez-le-feu. Dans ces conditions incertaines une guerre peut éclater à n’importe quel moment. La tension à la frontière est toujours très forte.

Pour voir le reportage intégral :
http://yuliagrigoryants.com/?page_id=690

Biographie

Yulia Grigoryants est photographe indépendante arménienne vivant actuellement entre la France et l’Arménie. Sa vaste expertise professionnelle dans la production de films documentaires lui a permis de développer  des compétences journalistiques sur des questions sociales, culturelles et des droits de l’homme dans le monde entier, y compris dans des zones de conflit.

Née en 1984 à Bakou, en Azerbaïdjan, elle s’est enfuie du pays en 1988 avec sa famille suite aux violences contre la population arménienne, qui a été suivie par une guerre de grande ampleur au début des années 1990. Elle a grandi dans une époque de changements politiques et sociaux importants pour l’Arménie et la région, avec la transition du système soviétique jusqu’à l’indépendance, un tremblement de terre dévastateur, cinq années de guerre et de difficultés économiques et sociales.

En 2016 Yulia a gagné le “Best New Talent award” aux Récompenses de la Photographie Internationale (IPACIS). Elle a été nommée aux « Lucie Awards » en 2016 et présélectionnée pour le prestigieux “Sony World Photography Award” en 2017. Le travail de Yulia a été exposé en France (Maison du Conseil de l’Europe à Strasbourg), en Russie, en Chine, à la Maison de L’ONU en Arménie et publié internationalement, y compris dans le Washington Post, L’oeil de la Photographie …

INFORMATIONS PRATIQUES
Le Karabagh, une guerre sans fin
Photographies de Yulia Grigoryants
Jusqu’au 3 juin 2018
Escale à La Grange aux Belles
6, rue Boy Zelenski
75010 Paris
http://yuliagrigoryants.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X