Temps de lecture : 1 minute et 59 secondes

Fisheye inaugure cette semaine la 3ème édition du VR Arles Festival. Visible jusqu’au 26 août, la manifestation met la réalité virtuelle au cœur des explorations artistiques. A cette occasion le magazine publie un numéro hors série, que nous vous proposons de remporter gratuitement !

[JEU CLOTURÉ] *Pour remporter le numéro Hors Série Réalité Virtuelle de Fisheye, envoyez-nous un mail à info@9lives-magazine.com avec vos noms et coordonnées postales. Les 5 premiers participants, recevront le magazine directement à leur domicile. 

ÉDITO : NOUVEAU TERRAIN DE JEU

Depuis six ans déjà, la réalité virtuelle, qui transcende la vision des possibles de ceux qui ont pu l’essayer, est devenue un nom familier. Une petite révolution qu’on peut rapprocher de l’éclosion d’Internet dans les années 1990. Cette fois-ci aussi, l’engouement est massif, comme le sont les investissements et les promesses technologiques sidérantes. Mais à quoi ça sert la réalité virtuelle exactement ?

Là, ce sont les artistes qui, selon nous, offrent la meilleure réponse : ce sont eux qui explorent avec appétit les possibilités expressives d’un médium tout entier tourné vers la sensation et l’immersion. Quoi de plus normal pour eux qui sont habitués à chercher, dans leur sensibilité et leur histoire, le matériau de perceptions intenses. Loin des sensations gratuites des montagnes russes ou des zombies, il existe une autre réalité virtuelle qui réenchante nos perspectives, génère de la poésie et élargit le champ de nos possibles.

« La différence entre science-fiction et réalité sociale est une illusion d’optique », formule la philosophe Donna Haraway. Nous avons donc cherché à régler notre optique et à dénicher, pour ce numéro hors-série, ces réalités virtuelles artistiques qui proposent des moments à vivre, des sensations nouvelles, des expériences de pensée, à faire au présent.

À Berlin, nous avons rencontré des artistes branchés sur le futur, que l’on aperçoit hybridés de sophistication et de tragique. À New York, de puissantes énergies, souvent de la part de femmes, sont à l’oeuvre pour mettre en scène virtuellement des créations concernées et militantes comme celles de Morehshin Allahyari ou du musée virtuel DiMoDA.

À Dakar, la créatrice Selly Raby Kane ravive les flammes mythologiques sénégalaises au coeur d’une cité en mutation rapide. Une oeuvre qui fait monde, à l’image des facéties géniales du Grec Theo Triantafyllidis.

Enfin, nombreux sont les artistes nés à l’ère du cyborg et pour qui le matériau même du numérique est source d’inspiration, que ce soit les résolutions complexes de Rosa Menkman, les rêves post-Internet de Jon Rafman où les dessins à l’aquarelle de Julia Spiers rendus virtuels par Ferdinand Dervieux.
Notre balade internationale, forcément incomplète, fait voir un monde où le virtuel est un moment du réel, un moment dans lequel le coeur des artistes fait
naître des possibles. Une démarche que Fisheye met en lumière depuis cinq ans en photographie, et désormais dans ce nouveau champ de jeu qu’est la réalité virtuelle.

Benoît Baume, directeur de la rédaction de Fisheye
Fabbula, rédacteur en chef du hors-série VR

MAGAZINE
Fisheye Hors Série VR
Immersion dans les mondes virtuels des artistes
100 pages
6,50 €
http://fisheyemagazine.fr

INFORMATIONS PRATIQUES
3ème édition VR Arles Festival
Du 2 juillet au 26 août 2018
Couvent Saint Césaire
Impasse de Mourgues
13200 Arles
De 10h à 19h
https://www.vrarlesfestival.com

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X