Temps de lecture : 4 minutes et 58 secondes

Ambassadrice infatigable de la Collection Société Générale nous rencontrons Aurélie Deplus à l’occasion des expositions « Lux. Energie roumaine » (dans le cadre de la Saison France-Roumanie) et « Louis Granet, peinture sous pression », qui chacune reflètent les axes et engagements du groupe en faveur de la création.
Elle a répondu à nos questions à l’issue d’une passionnante visite, partageant les valeurs qui l’animent au quotidien et ambitions qui la portent autour de la conjugaison de ces missions plurielles et en perpétuel devenir.

« Lux, une énergie roumaine », genèse de l’exposition dans le cadre de la saison France-Roumanie

Nous sommes très présents en Roumanie à travers le réseau bancaire BRD et c’est donc naturellement que nous avons tenu à participer à cette saison, notre président directeur général Frédéric Oudéa ayant accepté la présidence du comité des Mécènes. Nos collègues roumains sont aussi très investis pour l’art via la plate forme Scena9 en faveur de la création au sens large. En cohérence avec nos actions de mécénat en faveur de la musique classique avec le projet « Playing for Philharmonie » qui convie des collègues musiciens roumains à participer j’ai souhaité réfléchir au printemps de l’année dernière à une forme d’exposition. J’avais reçu une invitation de la galeriste Valérie Delaunay autour d’une exposition de la création roumaine contemporaine et à la suite de mes rencontres avec Marie-Ange Moulonguet – ex directrice de l’espace culturel Louis Vuitton – à l’origine d’une mise en avant de cette scène en 2013 et d’Estelle Francès mécène et directrice de fondation très engagée également pour ces artistes, nous avons convergé vers ce projet. Estelle était la personne indiquée pour assurer le rôle du commissariat autour de différents chapitres avec la chance de pouvoir mettre au coeur l’artiste Mircea Cantor Prix Marcel Duchamp 2011 bénéficiant d’une constante actualité. La sélection entre artistes connus sur la scène internationale ou plus émergents et médiums pluriels (peinture, dessins, vidéos) donne un panorama plus qu’une rétrospective, pensée vis à vis du lieu (les Tours Société Générale) et de ce contexte de la Défense qui dégage une forte énergie.
Un autre volet ouvrira à Bucarest au musée national d’art, avec des œuvres de notre collection sous le commissariat de Mihnea Mircan avec comme thématique « la 4ème personne singulière » et des focus sur certains artistes comme : Julien Prévieux, Farah Atassi, les frères Quistrebert et Danica Dakić.
En interne nous avions aussi la volonté de faire connaître et partager avec les collaborateurs cet engagement pour cette scène.

Responsable du mécénat artistique du groupe SG en quoi consiste votre rôle, les valeurs qui vous animent et vos interlocuteurs privilégiés au quotidien ?

Une journée ne ressemble jamais à une autre !
Je suis rattachée à la direction de la communication, et travaille de concert avec la direction générale puisque outre le mécénat je m’occupe des relations publiques côté clientèle de la direction générale. Ce qui est enrichissant et motivant est d’avoir des projets et des interlocuteurs toujours variés, que ce soit au niveau du public du site de la Défense (les collaborateurs et leurs enfants, le jeune public, et toutes les visites que nous organisons), les partenaires du Groupe, les clients, les journalistes et influenceurs et les artistes.
Ayant la chance d’avoir une collection vivante qui se développe depuis plus de 20 ans, chaque année de nouveaux liens se créent avec des artistes de toutes générations et horizons en écho, avec les lieux où nous sommes implantés.
Toute une partie de mon travail est liée à la Collection, aux prêts des institutions, aux expositions que l’on monte en France et à l’étranger, au soutien à la scène émergente comme avec des lancements de prix ou l’exposition actuelle de Louis Granet.
Au delà de la vie de la Collection, l’une des grandes missions de mon poste, est le partage auprès du public, avec l’ouverture auprès du grand public depuis 2014 et toute la méditation sur le territoire de la Défense (auprès des écoles, jeunes, professionnels de l’art). Nous cherchons à toujours plus innover dans les modes de visibilité et diffusion de la Collection via les réseaux sociaux auprès de nouvelles communautés et outils performants comme par exemple avec cette application qui permet en photographiant l’œuvre d’accéder immédiatement à son contenu, la biographie de l’artiste et une explication concise.
Au delà de la Collection nous organisons pour les collaborateurs des conférences mensuelles dans nos auditoriums ou dans les écoles.
A un niveau international nous oeuvrons à la coordination avec les actions de chaque pays, autour de partages de pratiques ou échanges possibles, des initiations à la collection comme en Afrique, territoire qui fait partie de la stratégie du groupe et soutiens auprès de plusieurs institutions locales, le Victoria & Albert Museum à Londres, le musée Pouchkine à Moscou ou à Palais de Tokyo, entre autres exemples. En plus de ces multiples défis, il faut garder à mon sens un esprit de curiosité et de veille indispensables pour un tel poste.

Si l’on remonte à l’ADN de la collection Société Générale qui a fêté ses 20 ans en 2015 et axes prioritaires

La volonté du président de l’époque Marc Viénot était de donner une âme aux Tours de La Défense récemment construites avec un focus sur la peinture abstraite et la sculpture, qui s’est développé ensuite autour de la photographie, du paysage urbain et de l’architecture en regard au site de la Défense. Aujourd’hui l’idée est de poursuivre l’un des axes fondateurs le soutien à la jeune scène contemporaine mais également d’artistes plus confirmés autour de l’Ecole de Paris par exemple. De plus chaque année un focus est fait sur un pays ou une région comme l’Afrique avec des experts, dont Marie-Ann Yemsi en 2017.
En ce qui concerne le comité d’acquisition il est constitué de collaborateurs chaque année renouvelés, d’experts extérieurs : Guy Boyer, directeur de la rédaction du magazine Connaissance des arts et Olivier Fau, Senior Director de la maison de vente Sotheby’s et de membres de la direction générale.

Quels ont été vos accélérateurs de parcours, les rencontres et jalons décisifs ?

Même si je viens de l’univers de la banque, ayant été analyste financier au départ, j’ai un environnement familial d’amateurs d’art ancien, venant du Nord, région frontalière avec les Flandres avec un goût pour la peinture flamande. J’ai beaucoup regardé cette scène et certaines personnes m’ont formée comme la galerie Florence de Voldère. Par la suite l’une de mes amies, Isabelle Bresset qui dirige actuellement le département Mobilier et Objets d’art chez Artcurial a beaucoup favorisé quand nous habitions à Londres, mon apprentissage des arts décoratifs. Elle a encouragé chez moi un parcours double ayant fait la même école de commerce, qu’elle avait complétée avec l’Ecole du Louvre en parallèle. Elle m’a parlé quand elle travaillait chez Christie’s du programme Christie’s Education que j’ai pu suivre sur plus d’un an. Ensuite j’ai eu la chance de rencontrer ici Guy Boyer et de faire partie du comité d’acquisition avant même de rejoindre le mécénat. C’était la première fois que le comité s’ouvrait à des collaborateurs. A présent je suis très heureuse de travailler avec lui et Olivier Fau. De plus par mon métier je rencontre des collectionneurs et amateurs passionnés assez régulièrement.

A quand remonte votre 1er contact avec l’art ?

J’avais un ami à l’âge de 17 ans qui était aussi passionné de peinture hollandaise et me montrait pendant des heures les portraits petits formats de ces hommes et femmes qui portaient autour du cou ces fraises ou collerettes d’une grande technicité, ce qui me fascinait.
Ensuite une exposition à Londres de Dan Flavin m’avait bouleversée et interpellée à l’époque.
Ces deux exemples dans des registres contrastés ont été des révélateurs.

INFOS PRATIQUES :
Lux. Une énergie roumaine
La Défense, Paris
Jusqu’au 19 avril 2019
Commissaire d’exposition : Estelle Francès

Exposition d’œuvres de la Collection Société Générale à Bucarest
Musée National d’art de Bucarest en Roumanie
Du 18 avril au 14 juillet 2019
Commissaire d’exposition : Minhea Mircan

Peinture sous pression, de Louis Granet
La Défense, Paris
jusqu’au 30 mars 2019
Commissaire d’exposition : Judicaël Lavrador

-Visiter la collection :
Formulaire à remplir

Plan d’accès aux Tours Société Générale :
17 cours Valmy – Paris La Défense 7

-Parcourir la :
Collection d’Art Contemporain Société Générale

X
X