Temps de lecture : 1 minute et 51 secondes

Les frères de l’ombre s’assagissent

Après avoir transformé le Palais de Tokyo en pool dance version tuning jusqu’à saturation, les frères Quistrebert cultivent l’antithèse pour la boite noire du CCCOD de Tours. Blanc de blanc, brut façon BTP et « rake painting » pour décrire le geste très physique sur toile de jute et panneau de bois. Entre le ratissage zen et l’encollage du carreleur, la pate est rugueuse, les défauts visibles. Ressort de ce damier, des motifs de toiles de bateau comme le soulignent ces nantais d’origine qui travaillent ensemble et pratiquent la télépathie sans le vouloir !

Face à ces peintures blanches et contre toute attente, surgit « tunnel », une installation vidéo de 20 mètres de long qui rejoue l’art optique jusqu’au mal de mer. La métaphore maritime n’est jamais loin. Comme un « opéra visuel » pour reprendre leurs propos, totalement insaisissable à partir d’une combinaison de couleurs primaires. Vasarely chez Sol Lewitt ! Façon puzzle et zig zag (titre de l’exposition) de sorte l’œil ne puisse maitriser la globalité de sa perception. Le mur de projection a été façonné tout spécialement pour renforcer ce phénomène kaléidoscopique instable. On est loin des cylindres et carlingues rutilantes, l’abstraction est ici à rechercher dans l’ordre du mystique.

Fabien Mérelle, artiste ligérien avant toute chose
Poursuivant toujours son engagement pour la scène française, Alain Julien Laferrière a confié les galeries supérieures à Fabien Mérelle qui continue de tracer sa route entre Paris, Los Angeles (galerie Praz Delavallade), Hong Kong (Edouard Malingue) et la Suisse (Wilde gallery) faisant du dessin et son extension, la sculpture, un manifeste de l’intime et de l’universel. Invité l’année dernière au Havre pour le 500ème anniversaire de la cité, il a proposé 2 sculptures monumentales dans le paysage, « Jusqu’au bout du monde » et « A l’origine » à partir de « Pentateuque » titre inspiré de la Bible. Les notions de traditions et de transmission, du rapport au temps et à l’histoire, d’harmonie avec la nature l’habitent.
Pour son exposition au CCC OD dans sa ville d’adoption depuis 2009, il est parti de la pierre de tuffeau sur laquelle il a projeté des silhouettes familières à partir de photographies, et de branchages récoltés de bois flotté au bord de la Loire, support d’un nouvel abri questionnant l’idée du refuge et de l’île, « métaphore de nos états d’âme face au fleuve » comme il le résume.
Ce panorama qui s’inscrit depuis sa sortie des Beaux Arts offre une plongée onirique dans l’imaginaire de ce dessinateur ligérien, directement inspiré du geste de Léonard de Vinci. En directe résonnance avec son 500 ème anniversaire célébré en Val de Loire. Fabien Mérelle est également exposé à cette occasion Château du Rivau, tout proche.

A ne pas manquer également lors de votre visite, Art & Language, ten posters suite au partenariat CCC OD- Château de Montsoreau.

Autre partenariat à signaler avec le Jeu de Paume-Château de Tours qui présente la fascinante exposition de Koen Wessing.

INFOS PRATIQUES :
Fabien Mérelle
Abri, pierre, bois, encre, papier
jusqu’au 22 septembre 2019
Zig Zag, les frères Quistrebert
jusqu’au 11 novembre 2019
Prochainement au CCC OD : Alain Bublex et Massinissa Selmani (automne 2019)
CCC OD
Jardin François 1er
37000 Tours
https://www.cccod.fr/

X
X