Temps de lecture : 2 minutes et 3 secondes

C’est lors de la soirée de projection Voies off de jeudi dernier à Arles qu’ont été dévoilés les noms des trois lauréats du fotofever Prize. Julia Amarger a remporté le prix avec sa série « Ceci est un secret », Rose Lecat avec « À la frontière des montagnes, après le désert et la mer ». Et enfin le photographe Alain Polo Nzuzi est le 3ème lauréat avec son travail intitulé « Sur les traces modernes d’Apollon, d’Héraclès et d’Hermès ».

Le fotofever prize with dahinden est un tremplin pour les jeunes talents de la photographie. Il offre à chacun des 3 lauréats une exposition à fotofever paris et dans une galerie partenaire, produite par le laboratoire Dahinden.

Vous pouvez voter pour élire la meilleure série des 3 lauréats. Le photographe qui remportera le plus de votes gagnera un programme de coaching avec La Condamine et pourra faire partie du jury 2020 !

> VOTER

Julia Amarger, Ceci est un secret

« J’ai distribué des enveloppes à des personnes de mon entourage avec pour seule consigne de m’envoyer un secret par courrier postal, de façon anonyme. Pendant plusieurs mois, j’ai ainsi reçu de nombreux textes à partir desquels j’ai réalisé des mises en scène. Chacune des images présentées dans Ceci est un secret est le fruit d’une collaboration implicite avec une personne anonyme qui a accepté de partager un fragment de son expérience. La poésie des mots et le protocole de création sont les deux moteurs de l’œuvre qui laisse percevoir les dits et les non-dits. »

Julia Amarger est une artiste française de 33 ans qui travaille sur le caractère fragmentaire de la mémoire.

Rose Lecat, À la frontière des montagnes, après le désert et la mer

« Après trois années de travail sur le thème de l’immigration en France, j’ai voulu documenter l’entrée des exilés sur le territoire français avec le passage d’une frontière intra-europénne. Ces réfugiés, qui ont survécu à la mer et au désert, se retrouvent face aux montagnes des Alpes qui forment une frontière naturelle entre la France et l’Italie, gardées jour et nuit par la police française. Il m’importait de mettre l’accent sur les personnes et leur histoire, grâce à des dyptiques et des témoignages, afin de ré-humaniser ce que la politique nomme « une crise migratoire ». »

Rose Lecat est une photographe française de 34 ans qui explore la complexité de l’identité individuelle et communautaire.

Alain Polo Nzuzi, Sur les traces modernes d’Apollon, d’Héraclès et d’Hermès

« Cette série est née de mon intérêt pour Internet, qui permet à tout un chacun de se mettre en lumière voire en spectacle à grande échelle, notamment via les réseaux sociaux. L’idéal de beauté masculine que reflètent ces corps parfaits que j’ai trouvés sur Internet font écho à l’idéal grec, celui de la statuaire antique. Dans mon travail, je mets en scène ces images virtuelles de corps masculins grâce au genre de la nature morte : je crée une nouvelle esthétique afin de les rendre encore plus désirables, comestibles comme des fruits et légumes parfaits. Ces nouvelles images que je propose sont à leur tour consommables par tous. »

Alain Polo Nzuzi est un artiste congolais de 34 ans, résidant en France, qui questionne la notion d’identité.

https://www.prixpictet.com/

A LIRE :
fotofever, une foire destinée aux artistes émergents et aux jeunes collectionneurs
Fotofever présente le Parcours des Galeries
fotofever au Carrousel du Louvre
24ème édition du Festival Voies Off par ici le programme !

X
X