Temps de lecture : 2 minutes et 5 secondes

Pour cette dernière semaine de l’année, nous accueillons le photographe Didier Ben Loulou. Ses dix derniers années, il a publié pas moins de 10 ouvrages. Son dernier « Mise au point », publié cet été chez Arnaud Bizalion éditeur est un entretien entre le photographe et l’auteur Fabien Ribery. Jusqu’à vendredi, notre invité partagera avec nous ses coups de cœur, mais aujourd’hui place à son portrait chinois.

Né à Paris, Didier Ben Loulou vit et travaille à Jérusalem. Lauréat de la Villa Médicis hors les murs, il a obtenu une bourse du Fiacre, du ministère de la Culture, puis a été récompensé par la European Association for Jewish Culture, Visual Arts Grant, Paris/Londres.
Il est l’auteur d’une vingtaine de livres et développe depuis plus de trente cinq ans une œuvre singulière, inclassable, dans laquelle l’emploi de la couleur tient une place primordiale. Et même si nous la voyons peu dans son travail, la Méditerranée y tient une place centrale, étant à la fois ce qui relie et sépare… L’histoire, les signes et surtout l’humain sont au cœur de sa démarche de photographe.
Les œuvres de Didier Ben Loulou sont régulièrement exposées en Europe et aux États-Unis. Elles sont également présentes dans de nombreuses collections privées et publiques : Fonds national d’Art contemporain (Paris), Victoria & Albert Museum (Londres), Museum of Fine Arts (Houston), Maison européenne de la Photographie (Paris), Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme (Paris), Museum of Modern Art (Tel Aviv), Microsoft Art collection, Seattle, USA, etc.

http://www.didierbenloulou.com

Portrait chinois de Didier Ben Loulou

Si j’étais une œuvre d’art : Le temple de Poséidon au cap Sounion
Si j’étais un musée ou une galerie : Le musée Delacroix à Paris
Si j’étais un(e) artiste (tous domaines confondus): Jean-Sebastien Bach
Si j’étais un livre : Le livre de l’intranquilité de Pessoa
Si j’étais un film : Le Mépris de Godard
Si j’étais un morceau de musique : Les variations Goldberg de Bach
Si j’étais une photo accrochée sur un mur : Le palmier, un daguerréotype de Joseph-Philibert Girault de Prangey
Si j’étais une citation : «  Vanité des vanités, a dit Kohélet, vanité des vanités; tout est vanité! ». L’Ecclésiaste
Si j’étais un sentiment : Le Saudade
Si j’étais un objet :  Mon Hasselblad
Si j’étais une expo : Magiciens de la terre, une exposition présentée en 1989 simultanément au Centre Georges-Pompidou et à la grande galerie de la Villette
Si j’étais un lieu d’inspiration : La Méditerranée
Si j’étais un breuvage : L’Arak ou l’Ouzo
Si j’étais un héros: Ulysse
Si j’étais un vêtement : Mes Blundston.

Retrouvez les cartes blanches de notre invité

> Carte blanche à Didier Ben Loulou : Helmar Lerski & Francis Bacon (le mardi 10 décembre 2019)
> Carte blanche à Didier Ben Loulou : Le procédé Fresson (le mercredi 11 décembre 2019)
> Carte blanche à Didier Ben Loulou : La Palestine de Frank Scholten (le jeudi 12 décembre 2019)
> Carte blanche à Didier Ben Loulou : Les primitifs de la photographie (le vendredi 13 décembre 2019)

A LIRE
Didier Ben Loulou, Un Hiver en Galilée aux éditions Arnaud Bizalion
Didier Ben Loulou, Sud
Sud, de Didier Ben Loulou à la Table Ronde
Didier Ben Loulou & Bernard Guillot : Deux visions de l’Orient à la Galerie Malebranche (1er épisode)
Didier Ben Loulou & Bernard Guillot : Deux visions de l’Orient à la Galerie Malebranche (2nd épisode)
Chroniques de Jérusalem et d’ailleurs de Didier Ben Loulou aux éditions Arnaud Bizalion
Israel Eighties par Didier Ben Loulou, un ouvrage aux éditions La Table Ronde

X
X