Temps de lecture : 1 minute et 37 secondes

Le Musée Nicéphore Niépce vient d’inaugurer ses deux nouvelles expositions conjointes : la première est une rétrospective du photographe américain Stephen Shames qui est présentée pour la première fois en Europe et la seconde « The Manhattan Darkroom » rassemble les tirages d’Henri Dauman, un photographe français exilé aux États-Unis en 1950. Le commissariat des deux expositions a été assuré par François Cheval avant son départ du musée, assisté d’Audrey Hoareau et Emmanuelle Vieillard.

Stephen Shames, Une rétrospective

Cette rétrospective présente pour la première fois en Europe une exposition de tirages originaux et documents d’archives, retraçant son travail sur la société américaine des années 1960-1970.
Ses photographies, du quotidien des gangs du Bronx, au mouvement radical d’émancipation « Black Panthers », vont au-delà de la simple illustration documentaire d’une période. Prises de l’intérieur, elles dressent le portrait d’une Amérique contrastée.

L’Amérique découvre dans les années 1960 le revers de l’abondance. La prospérité n’a pas profité à tous. Les laissés-pour-compte sont nombreux.
Derrière la façade du « rêve américain » Stephen Shames, en observateur participant, enregistre tel un oscillographe tous les mouvements tectoniques d’une société ébranlée. Il en dresse l’inventaire avec patience et persévérance : sept années à suivre les Black Panthers, vingt années à accompagner les convulsions, la violence quotidienne du Bronx et de Brooklyn. Il consigne les traces, même les plus infimes, de la résistance du peuple à toutes formes d’oppression.

The Manhattan Darkroom : Henri Dauman

Henri Dauman est un photographe français né à Paris en 1933, il s’exile aux États-Unis en 1950. À son arrivée, fasciné par l’élégance de Manhattan, il développe une série d’images architecturales sur New York, ville qu’il n’aura de cesse de photographier. De rencontres en commandes, Marilyn Monroe, Jacqueline Kennedy, Andy Warhol ou Elvis Presley deviennent des modèles
de choix. Devenu photojournaliste reconnu, il collabore avec tous les grands titres américains et européens : Life, NY Times, Paris Match,…
Témoin des grandes avancées sociales américaines, notamment les mouvements Civil Rights, Dauman fera de la liberté d’action du photographe, une morale et un combat.
The Manhattan Darkroom, exposition rétrospective du travail du photographe Henri Dauman, présente près de cent cinquante photographies qui proposent un parcours dans l’histoire récente des États-Unis.

(Extraits de textes de François Cheval)

EXPOSITIONS
• Stephen Shames, Une rétrospective
• The Manhattan Darkroom : Henri Dauman
Du 11 février au 21 mai 2017
Musée Nicéphore Niépce
28 quai des messageries
71100 Chalon-sur-Saône
contact@museeniepce.com
http://www.museeniepce.com
Ouvert tous les jours sauf le mardi et les jours fériés de 9h30 à 11h45 et de 14h00 à 17h45
Entrée libre

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X