Temps de lecture : 1 minute et 30 secondes

La Galerie 247 présente dans le cadre du Mois OFF de la Photo une exposition à quatre mains sur les conséquences de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Carlos Ayesta et Guillaume Bression se sont rendus à plusieurs reprises dans le no man’s land qui entoure le site accidenté de Fukushima, de leurs différents séjours sur place résultent six séries photographiques mêlant mise en scène et approche documentaire.

Le 11 mars 2011, un tremblement de terre de magnitude 9 ébranle le Nord-Est du Japon et provoque un spectaculaire tsunami dont les vagues atteignent plus de 30 mètres par endroits. Le monde entier découvre ces images terrifiantes qui tournent en boucle à la télévision avant d’être chassées par d’autres actualités. À commencer par une autre conséquence de la catastrophe : l’accident nucléaire de Fukushima.

Carlos et Guillaume se sont rendus rapidement sur place. Pour se rendre compte. Pour observer. Ils sont restés sidérés de ce qu’ils voyaient. Ils ont photographié non pour témoigner mais par nécessité, parce qu’ils étaient là et ne pouvaient en croire leurs yeux. C’est la démesure de la situation qui a transformé leur étonnement en projet.

Projet atypique, profondément lié à la fonction documentaire de la photographie. On demande à ce medium non point la vérité mais une forme de neutralité opérationnelle permettant aux photographes de se situer et de s’exprimer. Le projet renouvelle sans cesse les points de vues, les angles d’analyses et les propositions visuelles quitte à ce qu’elles semblent contradictoires. La volonté documentaire réside dans la volonté des photographes d’explorer cette crise de la façon la plus complète possible, y compris dans ce qu’elle a de non visible, de non visuel. Ils constituent ainsi un ensemble d’images qu’il est possible de comparer et de combiner.

Le choix de la couleur ne reflète aucune volonté de réalisme. Simplement que les photographes souhaitent s’inscrire dans leur temps, au moment où les faits les ont mobilisés. Être de son temps, affronter les questions de son temps est une décision courageuse. Et une nécessité.

– Texte de Christian Caujolle

EXPOSITION
Revenir sur nos Pas
Fukushima no go zone
Carlos Ayesta et Guillaume Bression
Exposition présentée dans le cadre du Mois OFF de la Photo
Du 30 mars au 13 mai 2017
Le 247 – galerie de photographies
247 rue Marcadet
75018 Paris
http://www.le247.fr

LIVRE
Revenir sur nos Pas
Fukushima no go zone
Carlos Ayesta et Guillaume Bression
Éditions Kehrer, 2017
Texte de Christian Caujolle
Anglais / Français / Japonais
ISBN : 978-3-86828-738-7
En vente à la galerie : 39 €

Leave A Comment

Your email address will not be published.

X
X