1382 Views |  3

Un été au Havre : l’art contemporain au cœur des festivités

Temps de lecture : 2 minutes et 45 secondes

« Le Havre est rempli d’images étranges. Cette ville photogénique séduit les artistes, dès leur arrivée, par sa lumière — c’est devenu un cliché — mais surtout par son ambiance que les œuvres proposées devront révéler. » a déclaré Jean Blaise.

Inauguration sous haute surveillance ce week-end par M. Le Premier Ministre du lancement des festivités dans sa ville qui fête les 500 ans de création de son port. Edouard Philippe qui a confié les clés de l’évènement à Jean Blaise, à qui l’on doit la transformation de la ville de Nantes en destination culturelle de premier ordre. L’hôte de Matignon est conscient des enjeux en termes d’attractivité et de retombées touristiques de cette inauguration résolument placée sous le signe de la création avec une ambitieuse programmation rassemblant une vingtaine d’artistes sur 26 sites de la ville et environs.

Le Havre, cette ville empreinte de la touche octogonale d’Auguste Perret de l’après guerre, classée au patrimoine mondial de l’Unesco déroute plus qu’elle ne séduit de prime abord mais ces ensembles témoins à vocation industrielle et le volcan de Niemeyer dégagent un côté photogénique comme le souligne Jean Blaise, talentueux maitre de cérémonie.

Parmi les installations majeures et dès l’arrivé en gare du Havre, le rétroviseur géant de Julien Berthier « l’Altoviseur » agit comme un révélateur du skyline de la ville sur les passants.

Vincent Ganivet créé la surprise avec sa « Catène de containers » quai Southampton quai d’accueil des paquebots. Un emplacement stratégique pour ces 2 arches composées de 36 conteneurs. Véritable tour de force le poids de l’œuvre avoisinant les 500 tonnes qui a nécessité d’importants travaux de terrassement et de fondation. Au final un arc en ciel qui pourrait bien devenir l’emblème de cet anniversaire et rester pérenne.

Stéphane Thidet avec « Impact » rend sa vocation première au bassin de commerce à travers cette fontaine à 2 flux opposés jouant sur un équilibre instable. Il est bien de souligner que de nombreuses entreprises havraises, de taille différente, ont également répondu à l’appel de financement d’un tel projet, leur club « LH Club 2017 » étant partenaire d’un été au Havre.

Autre phare, l’un des hauts lieux du patrimoine d’Auguste Perret l’Eglise Saint Joseph reconnaissable avec sa tour lanterne de 110 mètres de haut est investie par l’artiste japonaise Chiaru Shiota qui y déploie un immense filet de laine rouge. « Accumulation of power »se nourrit de cette puissance d’énergie spirituelle contenue dans une église. Comme un flux, un tourbillon qui se nourrit de chaque énergie individuelle.

A partir de la perspective créée par Auguste Perret, la Porte Océane qui dessine entre deux immeubles l’ouverture sur la mer, le duo Sabina Lang et Daniel Baumann imagine une sculpture blanche et épurée qui surgit tel un portique sur la plage.

Enfin Karl Martens s’attaque à un autre symbole les cabanes de plage toujours blanches et rigoureusement identiques qu’il pare d’une symphonie de couleurs. S’il lui a fallut convaincre les propriétaires des 713 cabanes de commettre ce crime de lèse majesté, il a aussi lancé des recherches avec une équipe de chercheurs de l’université Le Havre-Normandie pour définir le code et la largeur des bandes de chaque cabane. Au final il a été décidé de revenir au décret d’origine de François 1er, opérant une jolie boucle temporelle.

Le numérique n’est pas en reste :

Pour se repérer 4 parcours de visite sont proposés par Jean Blaise avec une application mobile géolocalisée spécialement conçue et un site 2.0.

En parallèle l’exposition Pierre & Gilles (originaire du Havre) au MuMa sera un événement autour de 80 œuvres décisives, une installation spécifique dans la grande nef du musée et un cabinet de curiosités d’oeuvres de jeunesse.

Le centre d’art contemporain le Portique propose une exposition des 3 artistes qui investissent la ville : Vincent Ganivet, Stéphane Thidet et Julien Berthier; l’occasion de plonger davantage dans leurs univers et sources d’inspiration.

Eclectique et festif avec au programme du week-end d’ouverture la « Magnifik parade« de Fanny Bouyagui, suivie d’un concert avec les groupes rocks alternatifs Electro Bamako, Catherine Ringer et La Femme.

Du 7 au 9 juillet les géants de la compagnie nantaise Royal de Luxe réanchanteront le théâtre de rue. Un retour aux origines pour cette troupe au succès planétaire.

INFOS PRATIQUES :
• Un été au Havre
du 27 mai au 5 novembre 2017
http://www.uneteauhavre2017.fr/
Billetterie : Pass 3 jours au prix de 20 € pour tous les visiteurs ! accès illimité aux grandes expositions d’Un Été au Havre ainsi qu’aux établissements culturels payants de la ville et du port.
Réservez vite vos places en ligne !
• Exposition en écho au centre d’art le Portique : Ganivet, Thidet, Berthier
jusqu’au 8 octobre 2017
30 rue Gabriel Péri, le Havre
http://www.leportique.org/