342 Views |  Like

Triennale de Bruges 2018 : Rencontre avec Lionel Devlieger, collectif Rotor

Temps de lecture : 2 minutes et 4 secondes

Présent dans l’exposition à la Poortersloge (point d’entrée de la Triennale) et dans le nouveau pavillon sur la plage de Zeebrugge (Beaufort), le collectif ROTOR fait le lien entre les deux événements.
Dans cet ancien club de puissants bourgeois, négociants de la cité de l’âge d’or, les expositions et différents projets sont exposés.
Rotor est parti des migrations du crabe à mitaine chinois par les canaux de Bruges et dans toute l’ Europe pour dessiner une cartographie de la mondialisation des flux et des échanges et leur impact sur notre environnement.

L’un des membres du collectif, Lionel Devlieger associé et chercheur, a répondu à nos questions.

Fondée en 2005, Rotor est une structure collective de personnes partageant un intérêt commun pour les flux de matériaux dans l’industrie, la construction, le design et l’architecture. Leurs actions se situent à un double niveau : d’une part, dans des projets de conception et de réalisation de structures, d’installations et d’expositions pour des commanditaires divers ; d’autre part, dans un travail de recherche mené tant sur le terrain que dans le champ de la littérature scientifique traitant de la problématique des ressources matérielles, des déchets, du réemploi, etc
En 2014, Rotor a lancé une nouvelle entité autonome, Rotor Déconstruction, qui se consacre au démantèlement et à la revente d’éléments architecturaux issus d’immeubles voués à la démolition.

Infos pratiques :
Liquid City – Ville Fluide
jusqu’au 16 septembre 2018
PLAN :
Téléchargez le plan officiel de la Triennale de Bruges ICI.