383 Views |  2

Compte rendu de la conférence les femmes photojournalistes, entre stéréotypes et préjugés, quelle réalité, quelle égalité ?
L’expérience de trois femmes photojournalistes

Temps de lecture : 4 minutes et 33 secondes

La conférence s’est tenue le 6 septembre dernier, lors de la 30ème édition du Festival Visa pour l’image. Initiée par la SAIF Société des Auteurs des arts visuels et de l’Image Fixe, cette 6ème édition consécutive s’inscrit dans un cycle de Rencontres professionnelles lors du festival de photojournalisme. La problématique de la sous-représentation des femmes photographes est criante depuis plusieurs années, certaines institutions ont décidé d’y remédier tandis que d’autres font la sourde oreille en clamant que les sujets sont choisi pour leur qualité. Argument grinçant puisqu’il insinuerait, à en voir la proposition des femmes photographes présentes, que les femmes seraient moins douées que les hommes…

Nous avons décidé de partager avec vous le compte rendu de cette conférence modérée par Pierre Ciot, photographe et Président de la SAIF autour de plusieurs invités : Marie Robert, Conservateur au musée d’Orsay, Co-commissaire de l’exposition Qui a peur des femmes photographes ? 1839 à 1945, deux éditeurs photo Nicolas Jimenez, Directeur photo Le Monde et MaryAnne Golon, Directrice photo du Washington Post, trois photojournalistes Paula Bronstein,  Laurence Geai et Kasia Stręk, et enfin Marion Hislen, déléguée de la photographie au sein de la direction générale de la création artistique au ministère de la culture.

Après avoir débuté ce compte rendu avec l’intervention de Marie Robert sur un petit historique sur les femmes photographes, nous  souhaiterions poursuivre avec le témoignage des trois photographes invités.

Kasia Stręk a 29 ans, elle vient juste de remporter le Prix Camille Lepage pour son projet de reportage sur les conséquences de l’illégalité de l’avortement pour les femmes égyptiennes. Laurence Geai a 34 ans, elle est devenue photoreporter il y a tout juste 5 ans, un métier qui ne lui était pas destiné au départ. Et enfin Paula Bronstein qui compte plus de 30 ans d’expérience dans le domaine du photojournalisme. Respectivement polonaise, française et américaine, toutes ont des profils différents. Cette conférence a été l’occasion de croiser leurs expériences. Toutes les trois s’accordent à dire que le fait d’être une femme dans ce métier peut être une chance, car cela donne accès à certaines populations et à certains sujets, mais être une femme c’est également être vulnérable et parfois subir des situations qui ne devraient pas exister…

« J’ai du me forger une carapace, je ne voulais pas que les gens sachent que j’avais peur. » – Paula Bronstein

Paula Bronstein : J’ai plus de 30 ans d’expérience sur le terrain, j’ai commencé à travailler pour 4 journaux différents avant de travailler en Asie et à l’international et cette expérience a été fantastique et je pense que c’est pour ça que je suis la photojournaliste que je suis aujourd’hui. J’ai toujours été traitée de manière équitable. Je n’ai jamais pensé qu’il y avait des frontières.
Je viens de faire un travail sur les Rohingas, et certaines femmes que j’ai vues l’année dernière ne portaient alors pas le voile. Aujourd’hui elles commencent à le porter : c’est le résultat des difficultés qu’elles rencontrent dans les camps de réfugiés. Quand on photographie les femmes dans des pays tels que le Pakistan ou l’Afghnistan, elles sont ravies que ce soit une femme qui les photographie, qu’on leur porte de l’attention. Ça c’est très précieux. J’ai couvert beaucoup de zones de conflit dans ma vie, j’ai été harcelée, on m’a touchée, j’ai souvent subit ce type de comportements, mais je n’ai pas vraiment envie d’en parler… Car ce sont des pays où il y a une dominance masculine très importante. Cela peut être choquant, mais c’est une question de différence culturelle. Au fil des ans, j’ai du me forger une carapace, je ne voulais pas que les gens sachent que j’avais peur.

Kasia Stręk : Dans le photojournalisme, nous les femmes, nous pouvons rencontrer certain obstacles qui nous empêchent plus ou moins de travailler. Malheureusement cela vient souvent de nos confrères masculins. On en discute souvent entre nous et on se pose la question de la légitimé d’en parler publiquement. Doit-on en parler ? Est-ce vraiment grave ? …
Personnellement, je crois que cette situation peut évoluer positivement à condition d’avoir bien conscience des choses. En tant que femme photographe, nous devons persister, nous devons également dire ce qu’il se passe, pour que certains hommes puissent se rendent compte de leurs comportements et des difficultés que l’on rencontre au quotidien, et qui n’ont pas lieu d’être. Dans notre profession, les mauvaises habitudes ont la vie dure, on doit les combattre. Le métier de photojournaliste est un métier où il faut savoir se vendre, être très réactif et quand une porte se ferme, il faut savoir rentrer par la fenêtre. Souvent ce ne sont pas des qualités que l’on attend de la part d’une jeune femme, parce que ce n’est pas dans notre éducation !
Pour que cette situation évolue, on doit tous être d’accord : hommes et femmes, et faire en sorte que ça change !

« Notre travail est visible, lorsqu’on fait des photos, ça se voit. Il est donc inutile d’avoir à prouver sa légitimité, elle est là, elle se voit. » Laurence Geai

Laurence Geai : Il y a tout de même des choses positives à être une femme photojournaliste. Notamment à l’étranger, et en particulier dans les pays arabes, cela nous donne accès aux femmes, accès que parfois les hommes n’auront pas, ou plus difficilement. Je pense qu’on se méfie moins de nous. Il y a un comportement que l’on doit adopter : je vais m’habiller de manière masculine, je vais devoir être leader et autoritaire sur le terrain pour montrer que je ne suis pas une « femme ».  Et les inconvénients… sont les agressions. En Irak, j’ai eu des tentatives d’attouchement, heureusement tout s’est bien terminé, mais c’est terrible car ça nous met dans une position de vulnérabilité. Dans le milieu en tant que tel, c’est un peu différent. Dans mon travail avec mes patrons, je n’ai jamais eu de problème, en revanche avec mes confrères parfois… c’est vrai que je n’aime pas trop en parler, car je photographie des femmes qui vivent des horreurs dans les pays en guerre, donc pour moi c’est un petit problème.
J’ai entendu beaucoup de choses sur moi : que je n’ai pas de légitimité par rapport à untel ou untel… on m’a dit de ne pas prendre le travail des autres, certains ne comprenaient même pas  pourquoi c’était moi qu’on envoyait en Syrie ! C’est blessant, mais ça ne m’empêchera pas de travailler et d’adorer mon travail au quotidien. Voici un exemple qui explique pas mal de choses : il y a 5 ans, j’ai fait mon premier Visa ici, je n’étais pas encore photographe, je parlais d’une photographe que j’aimais beaucoup avec un collègue masculin et il m’a dit « elle a couché pour y arriver! ». Notre réussite photographique est rarement justifiée par notre travail.
L’hérésie est que notre métier de photojournaliste consiste à nous rendre partout dans le monde pour raconter les injustices, et que ça arrive dans notre métier, ça veut dire qu’on n’apprend pas des histoires des autres, c’est triste.

 

> Nous vous donnons rendez-vous la semaine prochaine, pour la suite de ce contre rendu.

A LIRE :
Compte rendu de la conférences les femmes photojournalistes, entre stéréotypes et préjugés, quelle réalité, quelle égalité ? Un historique avec Marie Robert, Conservaterice au musée d’Orsay
Visuelles.art : Entretien avec Marie Robert, Conservatrice au Musée d’Orsay en charge de la photographie
Visa pour l’image, un festival sexiste ? Le Coup de gueule de Jean-François Leroy

INFORMATIONS PRATIQUES

jeu06sep17 h 00 minjeu19 h 00 minLa sélection de la RédactionLes femmes photojournalistes, entre stéréotypes et préjugés, quelle réalité, quelle égalité ?Palais des Congrès de Perpignan, Place Armand Lanoux 66000 Perpignan Organisateur: SAIF Type d'événement:Conférence,Photographie