Temps de lecture : 2 minutes et 24 secondes

L’exposition « De l’Autre côté » présentée à partir de demain à la Maison d’Amérique Latine, à Paris, confronte le regard de trois femmes photographes allemandes poussées à l’exil par la guerre et la montée du nazisme. Elles se nomment Jeanne Mandello, Hildegard Rosenthal et Grete Stern, et elle ont dû quitter l’Europe et traverser l’Atlantique pour poursuivre leur carrière de photographe, chacune dans un pays différent de l’Amérique du Sud. Elles ont laissé des oeuvres qui reflètent les facettes multiples de la photographie de leur époque et c’est Gabriel Bauret, commissaire d’exposition qui a su les rassembler au sein d’une seule et même exposition.

De l’autre côté, en quête d’un monde libre

Les trois photographes dont cette exposition confronte les oeuvres sont originaires d’Allemagne ; elles ont toutes trois émigré vers la fin des années 1930 en Amérique du Sud, en raison de la montée du nazisme et des persécutions qui ont engendré en Europe un climat d’insécurité. Auparavant, elles avaient suivi une formation artistique et photographique en Allemagne, dans la légendaire école du Bauhaus ou au studio de Paul Wolff. Fortes de ces enseignements, elles ont commencé d’exercer leur métier, monté leur propre studio et se sont rapprochées d’autres photographes, que ce soit à Berlin, Paris ou Londres.

Chacune d’entre elles a abordé et développé la pratique de la photographie sous un angle particulier. Et c’est précisément cette diversité qui participe du désir de rassembler ici les travaux de ces trois artistes. Jeanne Mandello a surtout opéré en studio, effectué dans son laboratoire des recherches pour la publicité et la mode, répondant également aux commandes des magazines. Hildegard Rosenthal a adopté le petit format de prise de vue (24×36) pour pratiquer dès son arrivée à São Paulo le reportage et le paysage urbains, dans un style empreint des avant-gardes européennes de l’entre-deux guerres. Quant à Grete Stern, elle a consacré une grande partie de son oeuvre au photomontage et a illustré de cette manière une rubrique de psychologie dans le magazine argentin Idilio. À l’exception du photojournalisme, elles ont incarné à elles trois les principaux usages de la photographie de leur époque – de la nature morte au portrait –, et le recours à des techniques telles que le photogramme ou la solarisation ; certains de leurs travaux ont même pris pour motif la ville moderne telle que les cinéastes avaient pu la sublimer.

Chacune a rejoint un pays différent de l’Amérique du Sud : Jeanne Mandello l’Uruguay (en 1941), Hildegard Rosenthal le Brésil (en 1937), Grete Stern l’Argentine (en 1936), et cette dispersion géographique constitue l’une des facettes de l’exposition. Le parcours que suivent ces trois femmes est d’autant plus exemplaire qu’elles appartiennent sensiblement à la même génération. Mais ce ne sont pas les seules femmes photographes d’origine européenne à avoir connu un tel destin, c’est-à-dire contraintes de reconstruire un avenir sur un autre continent : on pourrait citer la hongroise Kati Horna qui a abandonné l’Europe pour rejoindre le Mexique, l’allemande Gisèle Freund qui s’est exilée de 1942 à 1946 en Argentine, où vit et travaille sa compatriote Annemarie Heinrich, ou encore Gertrudis de Moses qui adopte le Chili, Alice Brill et Claudia Andujar qui émigrent au Brésil.

À l’heure où le statut de la femme dans les domaines les plus divers est largement commenté, ces trois photographes nous montrent à travers leur parcours et leur oeuvre qu’elles n’ont pas attendu une reconnaissance sociale, politique ou culturelle, pour s’exprimer et s’approprier un métier – celui de la photographie, que l’on considérait habituellement comme réservé aux hommes. Leur destin et leur art disent la force de leur caractère et leur liberté.

Extrait du texte de Gabriel Bauret

A l’occasion de cette exposition, les éditions Loco en collaboration avec la Maison de l’Amérique Latine ont imprimé l’ouvrage Eponyme.

DE L’AUTRE CÔTÉ 
Photographies de Jeanne Mandello, Hildegard Rosenthal, et Grete Stern
Sous la direction de Gabriel Bauret
Avec les contributions de : Ute Eskildsen Sandra Nagel, Samuel jr Titan
19 x 24 cm
112 pages 
ISBN : 978-2-919507-99-3
23 euros

INFORMATIONS PRATIQUES

ven12oct(oct 12)10 h 00 minjeu20déc(déc 20)20 h 00 minDe L’autre CôtéExposition collectiveMaison de l’Amérique latine, 217 Boulevard Saint-Germain, 75007 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

 

X
X