OtherSide

Océanie, histoires d’îles au musée du Quai Branly

Lisa Reihana in Pursuit of Venus [infected] 2015, multi-channel video (still), Auckland Art Gallery Toi o Tāmaki, gift of the Patrons of Auckland Art Gallery
Temps de lecture estimé : 3mins

De la Nouvelle-Zélande à la Papouasie-Nouvelle Guinée, de la Nouvelle Calédonie aux îles Fidji, des Marquises aux îles Hawaii c’est un vaste champ d’expressions artistiques que recouvre le terme Océanie. Une géographie multiple pour des œuvres d’exception réunies par la Royal Academy of Art de Londres à l’occasion du 250 ème anniversaire des expéditions de James Cook. Elle arrive à Paris et c’est un évènement ! Le musée du Quai Branly étant un important prêteur, accueille ce panorama et il faut se précipiter !

Un peuple visionnaire dont les cultures et croyances sont basées sur le don, comme le souligne le responsable scientifique des collections du musée, Emmanuel Kasarhérou, “Recevoir n’est que le premier terme de l’échange, car celui qui reçoit donne à son tour”. L’anthropologue Marcel Mauss parlera alors de “don” et de “contre don”. Un fil conducteur qui relie le parcours volontairement non chronologique mais fluide soulignant correspondances et possibles divergences. Picasso possédait une réplique en bronze du dieu A’a devenu une icône pour les Européens, remis par un chef converti à un missionnaire. La Christianisation va avoir une grande influence, entrainant un changement de pratiques et référentiels.

De la navigation en ouverture avec ces fascinantes cartes des îles Marshall en fines baguettes pour mémoriser les courants ou charmes météorologiques, nous abordons les rituels avec les fabuleux plastrons tahitiens et coiffes masculines papoues aux matériaux infinis, puis les rencontres et échanges dus à la colonisation avec les patchwork tivaivai des îles Cook, ou les monnaies kanak, pour finir sur les défis contemporains avec ces artistes qui affrontent la question de la mémoire et de la résilience.

La vidéo de Lisa Reihana à partir du panorama du XIXème siècle “Les Sauvages de la mer Pacifique” de Jean-Gabriel Charvet ou le piano de Michael Parekowhai orné de motifs maori, tous deux présentés lors d’éditions de la Biennale de Venise incarnent contradictions et complexité de cet héritage sur les populations autochtones.

La quête photographique bouleversante des ancêtres de Fiona Pardington face aux moulages anonymes du musée de l’Homme pose les délicates questions que doivent à présent résoudre ces institutions à l’heure des possibles restitutions.

Si le Pacifique n’a cessé de fasciné artistiques et chercheurs, le temps de l’émancipation est venu pour ces habitants d’une incroyable faculté d’adaptation à travers les époques.

Cette saison se prolonge par une programmation exceptionnelle avec un WE spécial le 29 et 30 juin : un colloque abordera notamment les enjeux de l’Anthropocène en territoire Pacifique.

INFOS PRATIQUES :
OCEANIE
Jusqu’au 7 juillet 2019
Agenda des évènements associés : visites guidées, conférences, ..Plein tarif : 10,00 €
Tarif réduit : 7,00 €
Entrée gratuite le 1er dimanche de chaque mois
http://www.quaibranly.fr

Marie-Elisabeth De La Fresnaye
Après une formation en littérature et histoire de l'art, Marie de la Fresnaye intègre le marché de l'art à Drouot et se lance dans l'événementiel. En parallèle à plusieurs années en entreprise dans le domaine de la communication éditoriale, elle créé son blog pour partager au plus grand nombre sa passion et expertise du monde de l'art contemporain et participe au lancement du magazine Artaïssime.

You may also like

En voir plus dans OtherSide