Temps de lecture : 1 minute et 51 secondes

Aux côtés de Mustafah Abdulaziz qui a été élu lauréat de la 40ème édition du Prix Leica Oskar Barnack, la photographe germano-russe Nanna Heitmann reçoit le Prix Prix Leica Oskar Barnack Newcomer 2019, qui récompense les jeunes photographes de moins de 28 ans. Nanna Heitmann, qui vient tout récemment d’intégrer la prestigieuse agence Magnum, remporte le prix avec sa série « Hiding from Baba Yaga ».

Voyage au royaume des mythes : l’Ienisseï, un des fleuves les plus longs de la terre, a conduit, tel un fil conducteur, la photographe Nanna Heitmann à travers la Sibérie. « J’ai vite réalisé que le fleuve en lui-même ne jouait pas un rôle essentiel. Le plus souvent, j’étais à la recherche de personnages hors norme car, sur les rives de l’Ienisseï et dans la taïga proche, les hommes – serfs, criminels, apostats en fuite ou tout simplement aventuriers et vieux-croyants – sont depuis toujours en quête de protection et de liberté », raconte Nanna Heitmann. Sa mère est d’origine russe. Excepté Moscou, la Russie n’avait jamais été autre chose pour Nanna Heitmann qu’une grande tâche foncée sur la carte du monde. C’est la raison pour laquelle elle a décidé de passer un semestre universitaire à Tomsk en Sibérie. Jusqu’à présent, sa vision de la Russie se résumait aux films soviétiques pour enfants ainsi qu’aux contes slaves qu’elle avait lus dans son enfance et qui l’ont inspirée pour nourrir son projet « Hiding from Baba Yaga ».
Célèbre personnage du folklore slave, Baba Yaga est une sorcière cruelle et imprévisible qui vit dans une cabane au beau milieu de la forêt. Pour réaliser son projet photographique, Nanna Heitmann a loué une jeep et un équipement de camping pour se rendre en République de Touva avec quelques idées en tête. Suivant le cours de l’Ienisseï, Nanna Heitmann a traversé la région sauvage de la taïga sibérienne, région riche en mythes et rites ancestraux. Ce voyage lui permettait de documenter la vie le long du fleuve ainsi que les mythes attachés à cette région, à la recherche d’images oniriques.

Née en 1994 à Ulm, Nanna Heitmann a fait des études de photojournalisme et de photographie documentaire à l’université de Hanovre. Elle a passé un semestre universitaire à Tomsk en Sibérie. En 2018, elle a été répertoriée pour son travail dans la liste des talents émergents du magazine en ligne « Lensculture ». De plus, elle a reçu la même année le Vogue ltalia prize lors du Women Photographers Grant du PH Museum pour sa série ici présentée.

La remise du prix aura lieu à Berlin le 25 septembre prochain avec une exposition qui regroupe les lauréats et les 10 finalistes à la « Neue Schule für Fotografie».
*Rendez-vous demain pour découvrir la série primée de Nanna Heitmann.

A LIRE
Le photographe américain Mustafah Abdulaziz lauréat 2019 du Prix Leica Oskar Barnack
Les 12 photographes finalistes du Leica Oskar Barnack Award 2019
Le Prix Leica Oskar Barnack 2018 est remis à Max Pinckers, celui du meilleur espoir revient à Mary Galman
Les noms des lauréats du Prix Leica Oskar Barnack 2017 dévoilés
Stephen Dock, Architecture of Violence L’Irlande du Nord sous tension
Stéphane Lavoué, À Terre

X
X