Temps de lecture : 2 minutes et 38 secondes

Cette semaine, nous accueillons les 13 membres de la nouvelle coopérative Inland Stories ! Pour leur troisième carte blanche, c’est l’un des 4 co-fondateurs, le photographe français Tim Franco qui prend la parole. Il nous présente son parcours et raconte comment il a rencontré deux autres photographes qui l’ont rejoint au sein de Inland Stories : Romain Philippon et Muhammad Fadli…

En 2015, je publie ma première monographie « Metamorpolis ». Cinq années à documenter l’urbanisation violente de la ville de Chongqing, perchée entre montagnes et fleuves en pleins milieux de la Chine. C’est grâce à ce projet que je trouve mes premiers succès, publication dans le Lens Blog, 6 mois, Newsweek, BBC, puis mes premières expositions et participations aux festivals photographiques (musée de la photographie d’Helsinki, Festival Circulation(s), musée des archives Nationales). Pendant ces années, il m’a été difficile de retrouver la même passion que j’avais lors de la création de Metamorpolis. Je me consacrai à des plus petits projets, animé davantage par la soif de nouvelles expériences qu’autre chose (Arctic Fishing, Polynamous Rocks), mais depuis 3 ans, je me suis à nouveau replongé dans une nouvelle aventure suite à la rencontre de défecteurs Nord-Coréens. Je me suis mis à écouter leurs histoires et à m’intéresser à cette frontière divisant une identité commune mais des pays tellement différents. J’arrive peu à  peu au terme de ce projet avec une publication prévue pour fin 2020 / début 2021.

Romain Philippon

C’est en cherchant un éditeur pour Metamorpolis que j’ai rencontré Romain Philippon. Grâce à sa petite structure et à sa passion mon rêve de pouvoir publier ce projet a vu le jour. Durant cette même période, je suis aussi parti avec Romain sur un mini-projet dans un petit village de Bretagne où j’ai eu l’opportunité d’apprendre à connaître le photographe et le réalisateur.

Romain Philippon vit sur l’île de la Réunion où il concentre son travail sur les thématiques liées à l’insularité, sous les formes géographiques et humaines. Ce qui caractérise le travail de Romain est une constante poésie qui se reconnaît quel que soit le travail qu’il entreprend, que ce soit des commandes éditoriales, ou des travaux très personnels et biographiques tels que Antimémoires – une sorte de journal personnel, sous la forme de dialogue avec un écrivain et de photographies parfois très personnelle et parfois descriptives et poétiques à la fois. Romain joue aussi avec la vidéo sur certains de ses projets et collaborations, ce qui permet une immersion encore plus totale dans cet univers poétique qu’il réussit à saisir.

Muhammad Fadli

Il y a quelques années, en commande pour le magazine Monocle en Mongolie, nous échangions sur nos photographes préférés avec le journaliste qui faisait équipe avec moi. Il me parle de Muhammad Fadli. Je découvre son travail sur internet quelques jours plus tard et commence à le suivre sur Instagram. Il me contacte très vite en disant qu’il suit aussi mon travail. Quelle n’est pas ma surprise quand il me dit aussi qu’il connaît très bien ma cousine polonaise que je n’ai moi-même pas vue depuis de longues années. Il se trouve qu’elle logeait dans sa famille à Sumatra lors d’un voyage de recherche.

Muhammad Fadli est donc indonésien, de Sumatra mais basé à Jakarta. Ce qui me frappe d’abord avec son travail c’est l’efficacité avec laquelle il accomplit ses commandes éditoriales. Une simplicité de toute beauté qui m’inspire énormément. C’est aussi à ce moment-là qu’il travaille sur son projet Rebel Riders, qui est désormais disponible sous forme de publication. Ce projet documente une communauté de jeunes indonésiens qui customisent les scooters iconiques de type Vespa à la sauce locale. Le résultat est une incroyable collection d’images de portraits et d’engins qui pourraient complètement faire partie de l’univers de Mad Max. Ces jeunes se retrouvent lors d’événements ou parcourent les pays sur des machines qui paraissent à peine tenir debout. Muhammad est aussi très investi dans le milieu photographique en Indonésie, où il créé des workshops et fait partie de festivals locaux qui aident les jeunes photographes à développer leurs projets.

INFORMATIONS PRATIQUES
Membres :
Jef Bonifacino (France)
Tjorven Bruyneel (Belgique)
Mathias Depardon (France)
Phyllis B. Dooney (USA)
Muhammad Fadli (Indonesie)
Tim Franco (Coree)
Jérémie Jung (France – représenté par Signatures)
Tadas Kazakevicius (Lithuanie)
Laura Pannack (UK)
Romain Philippon (La Reunion)
Matjaz Tancic (Chine)
Patrick Wack (Allemagne)
Melanie Wenger (Belgique)
contact@inlandstories.com
http://www.inlandstories.com

A LIRE
Bienvenue à Inland, la nouvelle structure de photographes documentaires
La France d’Ici : Un projet national qui dresse le portrait d’un pays aux éditions de La Martinière

X
X