1524 Views |  2

Marion Scemama, photographe et réalisatrice, est notre invitée

Temps de lecture : 3 minutes et 13 secondes

Cette semaine, nous accueillons la photographe et réalisatrice Marion Scemama. Son ouvrage « A Slow Boat To China » qui retrace, à travers ses photographies, son voyage dans le désert américain avec l’artiste David Wojnarowicz est prévu aux éditions Is-Land pour cette fin d’année 2020. Jusqu’à vendredi, elle partagera avec nous ses coups de cœur et nous dévoilera une partie de son histoire…

Marion Scemama a commencé son parcourt comme photographe de presse pour des journaux et magazines comme Libération, Actuel, le Nouvel Observateur et l’agence Sipa-presse en tant qu’indépendante.
En 1981, elle part s’installer à New York dans le Lower East Side/East Village. Elle fréquente la scène artistique, et plus particulièrement David Wojnarowicz avec qui elle réalise de nombreuses collaborations vidéos et photographiques tout en développant son propre travail artistique comme photographe et réalisatrice.
En 1986, elle rentre à Paris où elle reprend son travail journalistique. A partir de 1988, elle fera de nombreux allers-retours entre Paris et New York pour aider son ami David Wojnarowicz, atteint du Sida, à réaliser son travail. Un an avant sa mort en 1992, elle l’accompagne dans son dernier voyage en traversant les déserts américains, de New Mexico à San Francisco en passant par la vallée de la Mort.
En 1993, de retour à Paris, elle rejoindra les Galeries photo de la Fnac aux côtés de Laura Serani dont elle sera l’adjointe pendant 10 ans. Elle mettra tout son savoir faire au service de jeunes photographes qui, pour la plupart, exposeront, publieront des livres, rejoindront des agences.
A partir de 2003, elle reprend son travail personnel à travers des résidences d’artistes en France, aux États Unis et au Canada. En 2018, elle réalise un essai documentaire Self-Portrait in 23 Rounds, A Chapter in David Wojnarowicz’s life, 1989-1991 qui sera présenté au Whitney Museum à New York, au musée d’art contemporain de Séoul, à Reina Sofia à Madrid, au musée du Jeu de Paume à Paris, au MUDAM à Luxembourg. Sélectionné en 2019 à la Berlinale (Festival du film de Berlin), il sera nominé Meilleur essai documentaire dans la section Panorama, ce qui lui vaudra d’être projeté dans de nombreux festivals en Europe et aux États-Unis. Représentée par la New galerie* à Paris, elle présente actuellement une série de photographies aux côtés de Larry Clark, Patti Smith, Robert Mappelthorpe, David Wojnarowicz, Etienne Carjat, Martin d’Orgeval, Alberto Giacometti, Ernest Pignon Ernest et Bertrand Planes dans une exposition intitulée Smell Like Teen Spirit, sonorisée par la musique de 3 Teens Kill 4, groupe auquel appartenait David Wojnarowicz (jusqu’au 11 juillet).
En octobre elle est invitée à y présenter une installation vidéo et photos, Summer 89. Un livre photo, A slow boat to China, aux éditions Is-Land sous la direction de Charlotte Othman, devrait voir le jour en septembre.

*New galerie, 3 rue Borda, Paris 3ème

Au fil de ma vie j’ai lu tant de livres, vu tant de films, aimé tant de tableaux et d’artistes, de photographies et de photographes, vu tant de paysages dans lesquels je me suis noyée, écouté et dansé sur tant de morceaux de musique, éprouvé tant de sentiments différents et contradictoires, que ce questionnaire est pour moi un vrai casse-tête chinois !
Aussi mes réponses ne sont valables que pour aujourd’hui et changeraient probablement demain…

Portrait chinois de Marion Scemama

Si j’étais une œuvre d’art : La forêt des murmures de Boltanski sur l’île japonaise de Teshima
Si j’étais un musée :  tous les musées du monde utilisant de grandes baies vitrées ouvertes sur la nature et la lumière du jour. J’aime le va et vient du regard entre une œuvre d’art et la nature
Si j’étais un artiste (tous domaines confondus) : Rauschenberg pour avoir utilisé la sérigraphie dans ses peintures
Si j’étais un livre : J’en serai plusieurs : Mille Plateaux de Deleuze et Guattari, La confusion des sentiments de Stefan Zweig, L’ami retrouvé de Fred Hulman
Si j’étais un film : La nuit du chasseur de Charles Laughton pour la dérive en barque par une nuit de pleine lune sur la rivière Ohio de deux enfants endormis fuyant un prédicateur prédateur. Un des moments les plus poétiques de l’histoire du cinéma
Si j’étais un morceau de musique : Les suites de Bach par Pablo Casals / Horses de Patti Smith selon mon humeur.
Si j’étais une photo accrochée sur un mur : Une photo de Lynn Davis, de la série des Icebergs
Si j’étais une citation : « Smell the flowers while you can » David Wojnarowicz, artiste américain, mort du Sida en 1992.
Si j’étais un sentiment : la mélancolie, la révolte, la colère
Si j’étais un objet :  je n’aimerais pas être un objet. Je n’aime pas être manipulée…
Si j’étais une expo : Anticorps d’Antoine d’Agata au Bal en 2013
Si j’étais un lieu d’inspiration : une mer démontée se fracassant contre des rochers
Si j’étais un breuvage : Margarita
Si j’étais un héros: je n’ai pas de héros ni d’héroïne, que des gens que j’admire
Si j’étais un vêtement : Une salopette agnès b. des années 70

Retrouvez les cartes blanches de notre invitée

Carte blanche à Marion Scemama : Véronique Bourlon, Naissance d’un geste photographique (le mardi 2 juin 2020)
Carte blanche à Marion Scemama : Histoire d’une photo de David Wojnarowicz (le mercredi 3 juin 2020)
> Carte blanche à Marion Scemama : Jours et nuits de confinement d’Elisabeth Lebovici (le jeudi 4 juin 2020)
Carte blanche à Marion Scemama : Antoine d’Agata (le vendredi 5 juin 2020)