Temps de lecture estimé : 4mins

Cette semaine nous laissons les rênes, de notre célèbre rubrique “L’Invité·e”, au photographe Pierre Faure ! C’est en 2015, qu’il entame un ambitieux projet, celui de documenter la montée de la pauvreté sur l’ensemble du territoire français. Chaque année, il consacre plus de la moitié de son temps à “France Périphérique”, un travail qui vient d’être présenté à la Galerie agnès b. à l’occasion de la présentation des lauréats et finalistes du Prix Caritas Photo Social et au Moulin Blanchard, aux côtés d’Irène Jonas et Catherine Poncin.

Pierre Faure est né en 1972 à Nice et travaille sur l’ensemble du territoire français. Il a étudié les sciences économiques. En 2010 il décide de se consacrer entièrement à la photographie. Il est membre du Studio Hans Lucas depuis 2013 et est représenté par la Voz’Galerie.
Il produit d’abord un travail dans lequel l’abstraction et les évocations organiques occupent une place centrale (séries «rhizomes», «plis» et «palimpsestes») ; des séries qui interrogent le regard du spectateur et jouent avec les notions d’échelle et de perspective.
Il aborde ensuite la question sociale en réalisant un travail d’immersion au sein d’une communauté Tzigane d’Île-de-France (2011-2012). En 2013 et 2014 Pierre Faure s’intéresse à la vie de personnes en grande précarité accueillies en centre d’hébergement d’urgence et tente de saisir dans ce quotidien les figures d’une humanité blessée («Les Gisants», 2013, «Le Bateau», 2014). En parallèle à ces travaux il poursuit depuis 2010 une série sur les arbres urbains, interrogeant la place du végétal en milieu urbain.
Depuis 2015 il documente la pauvreté en France, en parcourant l’ensemble du pays, il y consacre environ deux cents jours par an.
Pierre Faure répond à des commandes corporate, essentiellement dans le domaine social (Fondation Abbé Pierre, Emmaüs, CASP,…).

Prix Roger Pic, 2016
Prix Camille Lepage, 2017
Prix I shot it, 2017
Bourse Albert Kahn, 2018
Prix Fidal, 2018
Prix du Dôme, 2018
Finaliste du prix Eugène Smith, 2019
Finaliste du Prix Collection Florence et Damien Bachelot, 2020
Bourse du CNAP, 2020
Nominé pour le prix de l’académie des Beaux Arts, 2020

http://www.pierre-faure.com

Le portrait chinois de Pierre Faure

Si j’étais une œuvre d’art : Les Nymphéas de Claude Monnet, musée de l’Orangerie, panneau du fond (seconde salle).
Si j’étais un musée ou une galerie : Le musée national de Capodimonte, à Naples. Pas tant pour le musée en lui même mais pour les conditions dans lesquelles je l’ai visité. Il n’y avait que quelques personnes. j’ai pu resté longtemps devant le Portrait de Marie-Louise de Parme de Goya, sans être dérangé, sans bruit.
Si j’étais un(e) artiste (tous domaines confondus): Patrick Hernandez, avec une seule création il a pu se reposer le reste de son existence.
Si j’étais un livre : Voyage au bout de la nuit, Céline.
Si j’étais un film : Le Festin de Babette De Gabriel Axel.
Si j’étais un morceau de musique : un disque plutôt, Rock Bottom de Robert Wyatt.
Si j’étais une photo accrochée sur un mur : une photo de Jean Pierre Léaud dans les 400 coups, accrochée devant moi.
Si j’étais une citation : « On photographie les objets pour les chasser de son esprit », Kafka, mais en fait ça ne marche pas comme ça.
Si j’étais un sentiment : la solitude, car je suis bien entouré.
Si j’étais un objet : une carte mémoire.
Si j’étais une expo : Une expo d’Avedon ou d’Irvin Penn
Si j’étais un lieu d’inspiration : Un rivage
Si j’étais un breuvage : de l’eau, je sais… mais quand on n’aime pas l’alcool c’est ce qu’il y a de mieux.
Si j’étais un héros/héroïne : Cyrano de Bergerac, la Tirade des « non, merci ».
Si j’étais un vêtement : Un truc solide, qui dure.

CARTES BLANCHES DE NOTRE INVITÉ

Carte blanche à Pierre Faure : Kashi Station de Tilby Vattard (mardi 21 septembre 2021)
Carte blanche à Pierre Faure : Lueurs cendrées de Romann Ramshorn (mercredi 22 septembre 2021)
Carte blanche à Pierre Faure : Têtes froides d’Alexis Manchion (jeudi 23 septembre 2021)
Carte blanche à Pierre Faure : Bernard Monjarret, tireur (vendredi 24 septembre 2021)

INFORMATIONS PRATIQUES

ven09jul(jul 9)10 h 30 mindim19sep(sep 19)18 h 30 minMémoires et ruralités du Champ des ImpossiblesExposition collectiveMoulin Blanchard, 11 Rue de Courboyer 61340 Perche-en-NocéType d'événement:Exposition,Photographie

mer01sep9 h 00 minsam11(sep 11)18 h 00 minLauréat·es Prix Caritas 2020Exposition collectiveGalerie du Jour - agnès b., 17 rue Dieu, 75010 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e