L'Invité.e

Sophie Knittel, Présidente de Freelens et photographe, est notre invitée

Temps de lecture estimé : 3mins

Portrait d’enfance de Sophie Knittel

Cette semaine, nous accueillons la Présidente de l’association Freelens, Sophie Knittel. Si la photographie s’est imposée très tôt dans sa vie, ce n’est qu’après une carrière dans la com’, que Sophie Knittel s’initie au médium pour devenir à son tour photographe. En parallèle de son travail personnel, elle s’investit pour défendre la création photographique, en occupant la direction de FreeLens, qui vise à mener des actions et à organiser le Prix Mentor, la Bourse Transverse ou plus dernièrement le Prix Les Nuits Photographiques. Elle partagera avec nous son univers et ses combats, jusqu’à vendredi !

Biographie – (Celle que vous ne trouverez pas sur les sites officiels)

Née en Bretagne en 1971, j’ai hérité de l’âme voyageuse de mes ancêtres. Je quitte la France à l’âge de 20 ans pour vivre en Afrique du Sud, puis à Taïwan, aux US, en Tchéquie et en Angleterre où je réside maintenant.
Bien que la photographie soit arrivée tôt dans ma vie avec des petits instamatics et des polaroids avant de me mettre réellement aux bains, j’ai surtout passée mes jeunes années adultes à travailler dans la com’ (journalisme, relations publiques, pub). Une longue traversée du désert artistique avant de m’y remettre il y a 10 ans grâce à une rencontre avec le photographe Philippe Dollo. S’enchaînent alors une formation, puis des stages avec Claudine Doury, Antoine d’Agata, Olivier Culmann, puis un Master de photojournalisme et photographie documentaire à la University of the Arts London. Une première expo en collectif, une seconde, etc. et plusieurs en solo à Londres, Paris, Prague, ainsi que des projections à Hambourg, Arles, Rome… Je m’engoue pour la curation (POHL), le commissariat d’expositions (une douzaine) et l’enseignement (UAL, Ravensbourne University, Artemisia Online). Depuis plusieurs années, j’investis surtout mon énergie dans l’association Freelens, qui organise le Prix Mentor, la Bourse Transverse, le Prix LNP, le Festival Les Nuits Photographiques et autres actions, et je fais ce que je peux pour faire avancer la part égale des femmes dans le milieu de la photographie.

https://sophieknittel.com

Le portrait chinois de Sophie Knittel

Si j’étais une œuvre d’art : PH-950 de Clyfford Still.
Si j’étais un musée : la Tate Modern à Londres.
Si j’étais une artiste : Yayoi Kusama.
Si j’étais un livre : Expiation de Ian McEwan.
Si j’étais un film : Le Patient Anglais de Minghella.
Si j’étais un morceau de musique : Hey ! des Pixies.
Si j’étais un photo accrochée sur un mur : L’Étreinte de Nan Goldin.
Si j’étais une citation :  le poème « I carry your heart with me » de E.E. Cummings.
Si j’étais un sentiment : la joie de vivre.
Si j’étais un objet : un sécateur (rouillé).
Si j’étais une expo : Another Kind of Life au Barbican en 2018.
Si j’étais un lieu d’inspiration : un jardin anglais un peu foutoir avec une touche d’exotisme et une vue sur l’océan.
Si j’étais un breuvage : le champagne toujours.
Si j’étais une héroïne: Tornade des X-Men depuis mes 9 ans.
Si j’étais un vêtement : des talons hauts.

CARTES BLANCHES DE NOTRE INVITÉE

Carte blanche à Sophie Knittel : On ne chôme pas à Freelens ! (mardi 25 janvier 2022)
Carte blanche à Sophie Knittel : L’importance de participer à des stages photographiques (mercredi 26 janvier 2022)
Carte blanche à Sophie Knittel : Le naufrage du photographe (jeudi 27 janvier 2022)
Coup de Cœur de Sophie Knittel : Ah, les femmes ! Can’t live with them, can’t shoot them ! (vendredi 28 janvier 2022)

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e