881 Views |  2

Carte Blanche à Xaver von Mentzingen : Double Je, construire l’image des autres et/ou créer sa propre image

Temps de lecture : 1 minute et 25 secondes

Xaver von Mentzingen est notre invité de la semaine (lire son portrait publié lundi 8 mai), dans le cadre de sa carte blanche, le directeur associé de la galerie Thaddaeus Ropac nous parle aujourd’hui d’une problématique que rencontrent beaucoup de gens dans leur vie quotidienne : comment et au profit de qui et quoi pouvons nous réussir à exprimer notre créativité ?

La réponse facile serait : En étant artiste et cela tout d’abord au profit de notre propre personne. Cependant très peu de créatifs réussissent à vivre de leur art – dans la majorité des cas, ils exercent une activité en parallèle ou plutôt une activité principale rémunératrice et ils dédient le peu de temps qui leur reste à exprimer péniblement leur créativité à travers par exemple le dessin, la musique, la photographie, la danse ou le théâtre.

Pourtant, être créatif, avoir la fibre artistique et un sens esthétique sont des qualités recherchées dans certains métiers et secteurs. Avec un peu de chance les créatifs trouvent facilement un emploi dans la communication, la publicité, le design, la mode, l’art ou l’enseignement. Les grandes marques ont besoin de contributeurs créatifs pour créer une identité signifiante et cohérente et la faire évoluer au cours des saisons. Mais en général les individus créatifs sont en butte avec l’identité collective d’une Maison et se ressourcent dans des univers étendus et contrastés. Parfois ces contrastes entre l’univers personnel et celui de l’entreprise peuvent être difficiles à vivre. Car même si le travail doit et peut être un lieu d’expression et de création, parfois cette création empiète sur la revendication identitaire de départ. Il faut alors faire attention à maintenir un juste équilibre entre ces deux pôles.

Si on regarde l’histoire de l’art, beaucoup d’artistes ont dû s’essayer à ce jeu d’équilibre. Nombreux sont ceux qui ont exercé un métier “sérieux”,  du moins  en début de carrière ou en parallèle pour assurer leurs fins de mois.

L’exposition parisienne “Night School” qui sera inaugurée dans l’espace d’art indépendant du 36 rue Notre Dame de Lorette se penchera du 31 mai au 3 juin sur cette question.

Si ca vous parle, n’hésitez pas à venir voir cette exposition. Oui, j’avoue – je fais partie des 6 participants

INFORMATIONS PRATIQUES
NIGHT School
Commissaire : Ana Lee Karkar
du 31 mai au 3 juin 2017
36 rue Notre Dame de Lorette
75009 Paris