1295 Views |  Like

Jean-Luc Moulène à la Verrière Hermès, Bruxelles

Temps de lecture : 1 minute et 39 secondes

Dans le cadre de la saison « Poésie balistique » conçue par Guillaume Désanges pour l’espace de la Verrière à Bruxelles -fondation d’entreprise Hermès (cf notre interview du 9 mai 2017) c’est au tour de Jean-Luc Moulène (né en 1955 à Reims) de s’en emparer, en collaboration avec le centre d’art lorrain, la synagogue de Delme, dirigé par Marie Cozette (voir l’interview publiée ce jour).

« En Angle mort » titre choisit renvoie à ces miroirs mobiles qui interagissent avec 13 objets peints. La pratique de l’artiste se concentre après la photographie sur l’expérimentation des matériaux, comme on cela était démontré dans la rétrospective du Centre Pompidou l’année dernière.

Il fait appel au concept de subjectile selon Derida qui l’a lui-même emprunté à Artaud, cette première couche qui reçoit la matière et se confond avec elle. Ainsi des peintures à l’huile alternent avec des surfaces goudronnées, matériau qui ne sèche jamais et réagit aux temporalités. Une tension à l’œuvre renforcée par les reflets fluctuants des miroirs, dédoublant les perspectives et jouant sur la perception du visiteur. Comme une image virtuelle, souligne l’artiste.
Des machines célibataires en mouvement, prototypes spécialement conçus pour l’exposition qui illustrent la fascination de Jean-Luc pour les technologies industrielles.
Autre surface d’expérimentation les champignons qui, en phase de reproduction libèrent des spores, dispersés par la puissance du souffle du vent. Une trace dont il s’empare pour le coucher sur papier.
Un acte poétique qui tente de répondre à la question centrale de l’exposition : « Est-il possible de produire un objet comme un poème ? » (cf le Journal de la Verrière)
Dès lors cette étrange et fascinante chorégraphie embrasse les deux pôles contraires de ce cycle autour de la gravité et la mutation, du terrestre et du céleste (ciels des Monts d’Auvergne). La fusion s’opérant par cette échelle adossée à un arbre au soleil couchant (photographie de 2007).

On peut dire pour conclure que le retour de Jean-Luc Moulène à la Verrière est une réussite, ouvrant la porte de notre imaginaire et conciliant les opposés.

Prochainement à la Verrière : Marie Cool et Fabio Balducco, à partir du 18 avril 2018.

A noter que la Fondation d’entreprise Hermès consacre une exposition au à la Grande Place, musée du cristal Saint-Louis au duo d’artistes Hippolyte Hentgen, également dans le cadre du partenariat avec la Synagogue de Delme. (prochain reportage).
En effet, depuis 2014 la Fondation a lancé des cycles d’exposition en Lorraine en collaboration avec des institutions culturelles phares de la région, le Centre Pompidou Metz, puis le Frac Lorraine.
Un ancrage local qui complète l’engagement de la Fondation à l’international à travers notamment 8 programmes sur les 5 continents autour du geste et de la transmission.

INFOS PRATIQUES :
Angle Mort
Jean-Luc Moulène
du 19 janvier au 31 mars 2018
La Verrière
50 Bd de Waterloo
Bruxelles
Entrée libre.
Actualités de la Fondation :
http://www.fondationdentreprisehermes.org