Temps de lecture : 1 minute et 22 secondes

Alors que nous venons de célébrer le centenaire de l’armistice de la première guerre mondiale, nous avons souhaité vous présenter aujourd’hui le portfolio d’Hugo Passarello Luna. Avec sa série « Nostalgie de la boue », il nous emmène dans l’univers de ceux qui sauvegarde la mémoire en réalisant des reconstitutions historiques, à l’aide du même boîtier utilisé par les combattants de la guerre 14/18 : le Kodak Vest Pocket. Jusqu’au 20 novembre, on peut d’ailleurs découvrir ses tirages au 61.

Les images de Nostalgie de la boue, comme les reconstitutions historiques qu´elles représentent, sont taillées dans le présent. Il s’agit là de leur unique authenticité.

Avec un appareil photo de la Grande Guerre, Nostalgie de la boue explore la manière dont des gens qui font des reconstitutions historiques, tentent de sauvegarder la mémoire collective en France, un siècle après la fin de la guerre et vivent dans un passé idéalisé que, pour certains, est plus rassurant que le présent.

Leurs reconstitutions sont réalisées avec minutie. Ils se basent sur des textes et photos d’époque, avec l’obsession de rendre compte dans les moindres détails du quotidien des combats.

En quoi leur quête d’authenticité est-elle primordiale pour la conservation de la mémoire ? Comment photographier leur quête chimérique?

J’ai mis mon appareil numérique de côté et je les ai photographiés avec un Kodak Vest Pocket, surnommé le « Kodak des soldats », l’un des appareils les plus utilisés par les combattants eux-mêmes pendant la Première Guerre Mondiale.

La mémoire collective est un exercice sans fins de récréation.

« Personne – à l’exception d’un certain aventurier rêvé par Wells – n’a découvert l´art de vivre dans le futur ou dans le passé. Nulle oeuvre ne peut échapper à son temps ». Jorge Luis Borges. Prologue de Luna de enfrente.

Hugo Passarello Luna. Photojournaliste. Basé en France, il travaille pour des medias en Amérique Latine. Il a aussi couvert en Irak le conflit armé face au groupe djihadiste Etat Islamique. Son travail photographique a été publié dans des médias comme The New York Times, Libération, La Croix, Le Monde, Newsweek Español, La Nación, La Tercera, El Universal, Revista Anfibia, entre autres. Il enseigne la photo à Sciences Po Paris, Université Paris 8 et à L’École W-CFJ

http://www.hugopassarello.com

INFORMATIONS PRATIQUES

mar06nov(nov 6)19 h 00 minmar20(nov 20)0 h 00 minNostalgie de la boueHugo Passarello Luna Le 61, 3 Rue de l'Oise, 75019 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

X
X