Temps de lecture : 2 minutes et 32 secondes

Pour sa troisième carte blanche, notre invitée de la semaine Sonia Seraidarian – fondatrice des masterclass Oeildeep – partage avec nous deux séries sur l’Algérie signées Lynn S.K pour qui elle a eu un véritable coup de cœur. Ses images sont actuellement visibles dans le cadre des Rencontres de la Jeune Photographie Internationale de Niort.

Touchée par l’univers intime et poétique de Lynn S.K que j’ai découvert lors d’une masterclass en 2016, j’ai souhaité pour cette carte blanche vous faire découvrir ses deux séries Sororités – Alger, la Kabylie et Rue Belouizdad, Alger.

Sororités – Alger, la Kabylie

Après avoir été propulsées sur le devant de la scène médiatique pendant la « Guerre de libération », les algériennes ont été renvoyées à la maison par le Code de la famille (décrété en 1984) qui en fait des mineures à vie. Au cours de la « décennie noire », des femmes sont assassinées parce qu’elles travaillent, sortent ou vivent seules. Presque deux décennies plus tard, le poids de la mémoire est très lourd, et la question de la condition féminine est complexe, dans un pays qui se modernise en même temps qu’il se radicalise.
Qui sont-elles ? Autant jeune femme, jeune fille, vieille dame, mère au foyer, femme active, mariée, divorcée ou veuve, arabe ou berbère, des montagnes kabyles ou des hauteurs d’Alger… Ces  femmes sont celles que je rencontre lors de mes immersions algériennes. Elles font partie de mon entourage, de ma famille élargie.
Lynn S.K

Rue Belouizdad, Alger

Je suis née en Algérie en décembre 1986. J’y ai vécu jusqu’à mes 7 ans, puis, guerre civile oblige, nous nous sommes réfugiés en France. Par la suite, nous y sommes retournés jusqu’à mes 10 ans. Et puis mes parents ont cessé de m’y emmener. Longtemps, des souvenirs me sont revenus par éclats. Boumerdès, surtout, la ville de mon enfance. Et le quartier Champ Manœuvre, Alger. Mais il fallut un certain cheminement mental pour envisager un cheminement géographique : petit à petit, Algérie et quête de soi sont devenues indissociables. C’est en automne 2014 que j’ai franchi le cap, après 17 ans d’absence.
A Alger, j’habite rue Belouizdad, dans un quartier populaire. Je retrouve mes tantes, H. et N. Depuis la mort de leur sœur il y a deux ans, elles ont rejoint son appartement pour ne plus le quitter. Il y a aussi B. qui était la garde-malade de ma tante décédée, et qui est restée. Cette série photographique s’inscrit dans ce petit appartement dans lequel nous vivons à quatre, quatre femmes : N., H., B. Il y en a deux qui fument, une qui prie, et moi, qui me réconcilie avec mes souvenirs dans un monde qui m’est à la fois familier et étranger. Je fabrique des images en dépit du temps perdu, en travers de mes images mentales. Après ces quelque 18 ans d’absence, je fixe par l’image ce qui ne doit plus être oublié.
Lynn S.K

La série Rue Belouizdad, Alger :

Après des études de cinéma, Lynn S.K. choisit la photographie afin d’élaborer une recherche en images autour de la sororité, la mémoire enfouie et l’entre-deux géographique, directement issue de sa propre histoire personnelle, ancrée entre la France et l’Algérie. Son travail autour de l’identité féminine et de l’adolescence l’amène à collaborer régulièrement avec des auteures telles que Virginie Despentes autour du film Bye-Bye Blondie ou Lola Lafon pour différents romans et albums notamment Une vie de voleuse.
Lynn participe à des expositions personnelles ou collectives en France et à l’international : Chapelle Sainte Anne, Arles, les Rencontres de la Jeune Photographie Internationale, Niort, Musée National du Bardo, Alger, Queer Art Festival, Anvers… Elle collabore également à des publications pour la presse ou des maisons d’éditions (Qantara, Actes Sud, Eurozine…).

INFORMATIONS PRATIQUES
Entre-deux, du 6 avril au 11 mai, chez Pain, à l’occasion des 25 ans des Rencontres de la Jeune Photographie Internationale, Niort.
Sororités – Alger, premier mai, projection au Festival Face à la mer, Tanger Maroc.
Exposition Série Aller, retour à la Mairie du 4ème, dans le cadre de la 3ème Biennale des Photographes du Monde Arabe contemporain, du 11 septembre au 16 novembre 2019. Vernissage le 10 septembre.

X
X