Temps de lecture : 2 minutes et 14 secondes

Nous recevons un grand nombre de portfolios sur la crise sanitaire qui nous touche depuis début mars. Chaque semaine, nous sélectionnerons un portfolio que nous partageons avec vous. Aujourd’hui, place à la série Paris Poésie de la photographe française Clara Pauthier. Elle nous dévoile, en noir et blanc, une capitale entièrement désertée, presque méconnaissable…

Vidé de ses touristes et de ses habitants, Paris revêt un nouveau visage. Cette ville que j’ai toujours connue pétillante et noire de monde, s’est transformée en ville fantôme du jour au lendemain. Après quelques semaines inquiétantes, je décide d’affronter le monde extérieur et me dirige vers le centre touristique armée de mon appareil photographique. Surprise, j’y découvre une certaine mélancolie et une curieuse sérénité.

En tant que parisienne confinée, mon rapport au temps a changé durant ces dernières semaines, entre routine et improvisation. Le temps s’est comme dilaté. J’ai voulu retranscrire cette drôle d’impression en mêlant à la fois ralentis et accélérés. J’ai voulu garder ce semblant de vie, ces nuages, et ces rares petits mouvements dans le paysage urbain.

Ce travail existe au format vidéo. La musique a été composée par Hugo Bracchi, ingénieur du son talentueux que j’ai rencontré
(virtuellement) grâce à ce projet. Le film a été monté par Louis Dabrowski, mon amoureux confiné, partenaire dans la vie comme dans le milieu professionnel.
> http://hanslucas.com/movie.php?id=543

Adolescente, c’est grâce à une expatriation en Malaisie que je vais prendre à la fois goût à la photographie et au voyage. A Kuala Lumpur, je visite une exposition du photographe Steve McCurry, qui me fera découvrir la magie de « l’instant parfait ». De retour en France, j’étudie le métier de directeur de la photographie et découvre alors le monde passionnant et diversifié de l’audiovisuel. J’y travaille régulièrement en tant qu’assistante caméra et chef opératrice. Sur les tournages, je filme essentiellement des pubs, des clips, et des fictions, mais je suis de plus en plus attirée par la démarche documentaire. Dans mes travaux photos, je cherche à donner au réel des accents cinématographiques. Je suis fascinée par la lumière naturelle et les grands espaces. N’ayant jamais pu choisir entre ces deux passions cousines, j’aime beaucoup brouiller les frontières entre le monde de l’image fixe et celui de l’image animée dans mes projets. Je suis membre du studio de création et de diffusion Hans Lucas depuis juin 2018.
Mon oeil cherche en permanence ce moment unique qui révèle la beauté d’une personne ou d’une scène.

Instagram : https://www.instagram.com/clara.pauthier/
Facebook : https://www.facebook.com/clarapauthierphoto/
Website : https://clarapauthier.com/
Hans Lucas : http://hanslucas.com/cpauthier/photo/

SUR LE MÊME THÈME :
50° 43′ N 3° 10′ E, Journal de déconfinement par Jean-Michel André
Les jours se suivent, une série de Céline Gaille
Gaëlle Magder présente La Divine Tragédie
Thomas Louapre : Le confiné libéré, journal d’un huis clos
Anna Bambou : En quarantaine, une série à quatre mains
Confine qui peut, une série en cours de Charles Delcourt


Vous êtes photographes et vous souhaitez donner de la visibilité et de la résonance à votre travail ? Notre rubrique Portfolio vous est consacrée !

Comment participer ?
Pour soumettre votre travail à la rédaction, il vous suffit d’envoyer à info@9lives-magazine.com

• Une série composée de 10 à 20 images. Vos fichiers doivent être en 72DPI au format JPG avec une taille en pixels entre 900 et 1200 pixels dans la plus grande partie de l’image ;
• Des légendes (si il y a) ;
• Un texte de présentation de votre série (pas de format maximum ou minimum) ;
• Une courte biographie avec les coordonnées que vous souhaitez rendre public (site web, email, réseaux sociaux…)

X
X