Temps de lecture : 1 minute et 27 secondes

Le photographe normand Guillaume Martial expose ses derniers travaux en ce moment à la galerie Esther Woerdehoff. Rassemblées sous le nom « Footlights », ses images jouent avec le mouvement et l’illusion du réel. Venez découvrir son univers décalé jusqu’au 6 mai 2017, dans le cadre deux Mois de la Photo du Grand Paris.

Le titre Footlights est tiré du seul roman écrit par Charlie Chaplin. Jamais publié de son vivant, il sert de trame à son dernier film tourné sur le sol américain : « Limelight ». Le choix de ce titre montre combien le photographe s’inscrit dans cette tradition cinématographique, lui qui a fait des études de cinéma, qui admire Jacques Tati au point de passer plusieurs mois en résidence sur le tournage de Jour de fête et qui depuis inscrit le burlesque dans chacune de ses séries.

Guillaume Martial s’est pour cela inventé un personnage, son double fictif. Sa silhouette élancée, immédiatement reconnaissable et sculptée par la pratique du patinage artistique de haut niveau, anime chaque scène et transforme une photographie apparemment documentaire en numéro illusionniste.

La première partie de Footlights rend hommage aux inventeurs de l’image animée et du trucage visuel. Pour la série Animalocomotion, Guillaume Martial utilise ainsi la technique de la chronophotographie développée par Eadweard Muybridge et Étienne-Jules Marey et qui annonce l’invention du cinéma. Dans ces photographies présentées en boites lumineuses, le photographe se métamorphose en divers animaux par la magie de la prise de vue, en se contorsionnant sous un simple drap blanc. Ailleurs, il devient
fakir ou illusionniste dans un décor de théâtre aux rideaux rouges ou jongleur de chaises en plein champ.

La seconde partie de Footlights nous plonge dans une architecture réappropriée par un athlète désorienté ou par un chercheur rêveur. Le photographe questionne son environnement : un terrain de sport, un mur dans l’herbe, un bâtiment en construction…
Équilibriste, funambule, contorsionniste, son personnage répond hardiment par l’absurdité à l’incongruité de l’urbanisme et interroge la place laissée à l’humain dans le paysage urbain contemporain. D’une précision millimétrée, chaque photographie parvient à figer une expérimentation corporelle de l’espace dans un instantané burlesque.

– Texte de Florence Pillet

EXPOSITION
Footlights
Guillaume Martial
Dans le cadre du Mois de la Photo du Grand Paris
Du 4 avril au 6 mai 2017
• Week-end intense Sud Ouest le 22 et 23 avril 2017 
Galerie Esther Woerdehoff
36 rue Falguière
75015 Paris
http://www.ewgalerie.com
http://guillaumemartial.fr

 

Leave A Comment

Your email address will not be published.

X
X