Temps de lecture : 1 minute et 0 secondes

 « Älskling », ça veut dire « Chéri » en suédois. Tendant le miroir aux yeux des Chimène qui ont traversé sa vie, la suédoise Jenny Rova a repris contact avec tous ses ex, repassant sa vie amoureuse au peigne fin, pour récupérer les images qu’ils ont fait d’elle et permettre de dessiner un portrait diachronique, non seulement de sa personne, mais de la perception de Jenny en tant que sujet, et sujet amoureux, photographié dans l’espace intime où on regarde dans la même direction, c’est à dire dans les yeux l’un de l’autre.

Du premier petit ami au père de son fils, avec qui elle vit actuellement, elle a remonté tous les fils et montré tous les regards, heureux et tristes, en randonnée ou en fête, des photos de sortie de douche ou de caresses érotiques, dans la géométrie variable du regard amoureux. Ils s’appellent Anders, Amir, Jonas, Henning, Étienne, Boran, Johan, Dan, Bruno, et ont, à des périodes différentes de sa vie, regardé Jenny avec amour. Par ce travail sans concession de réappropriation  plastique de la trace de la dialectique amoureuse, elle montre comme ces regards, et celui qu’elle leur portait en retour, les a mutuellement construit. Il faut noter le choix de l’image de couverture, écho au manifeste photographique des surréalistes, posant les yeux fermés et se posant en sujets pages blanches modelables à l’infini du rêve, mais aussi des perceptions de chacun. « Ferme les yeux là deux minutes et pense. Qui vois-tu ? » (André Breton – 7 décembre 1926).

« Älskling, a self-portrait through the eyes of my lovers » vient tout juste de recevoir le Svenska Fotobokspriset/ le prix du livre photo suédois 2018

http://www.jennyrova.net/projects/3/_lskling_a_self-portrait_through_the_eyes_of_my_lovers.html

Leave A Comment

Your email address will not be published.

Captcha loading...

X
X