Temps de lecture : 1 minute et 6 secondes

Années bénies pour les photo-reporters. Nous n’étions pas si nombreux et les télés n’avaient pas encore envahi le paysage. Les « People » étaient prêts à tout pour publier dans les magazines et les portraitistes s’en donnaient à cœur joie à celui qui serait le plus original et créatif. Les journaux s’arrachaient les stars de la photo et les «  émoluments » étaient à la hauteur. La couleur avait pris le pas sur le Noir et blanc, les magazines avaient opéré la révolution offset. Mais la fête allait être de courte durée, on évoquait déjà les progrès de l’ordinateur, le Mac permettait de dessiner sur écran avec la «souris » et les premières photos commençaient à s’afficher sur les écrans des laboratoires.

En 1988 est crée le premier appareil photo numérique, le Fuji DS-1P qui crée des fichiers numériques à partir du capteur d’une mémoire de 2Mo. Après, on connaît l’histoire…

Depuis tout le monde est photographe…

Les frères Joel et Ethan Cohen que j’ai photographié en 1985 au festival de Cannes et qui n’étaient que de simples touristes ( leur premier film Blood Simple venait juste de sortir) n’auraient certainement pas fait cette photo aujourd’hui.

Je n’aurais pas pu « planquer » l’Imam Khomeiny à Neuphle-le Château et Khadafi ne m’aurait jamais fait assez confiance pour le laisser photographier à vienne en 1982 choisir un de ses costumes.

Le contrôle de l’information est aujourd’hui presque total – Il faut passer des régiments d’attachées de presse et d’intermédiaires pour obtenir ne serait-ce qu’un RV – et les images immédiatement consultables sur écran sont choisies sur l’instant, quand les « people »  n’ont pas leur photographe personnel.

Contrôler l’image, contrôler leur image, la nouvelle religion des «  Grands » et aussi des « Petits » qui voudraient leur ressembler.

A LIRE : 
Yan Morvan, Photographe, est notre invité

X
X