Temps de lecture : 2 minutes et 24 secondes

Au moins 3 bonnes raisons d’aller à Bruxelles en ces fêtes de fin d’année. Outre l’ambiance chaleureuse des marchés de Noël, 3 expos incontournables : Beyond Klimt à Bozar, les Rebels à l’ING Art Center et Berlin aux Musées Royaux.

Sachez le tout de suite il n’y a que 2 toiles de Klimt, l’objectif de cette exposition co-produite avec le Belvédère de Vienne n’est pas un hommage au maître mais plutôt comment à sa suite les artistes partent de son influence dans une Europe éclatée (chute de l’Empire Austro-Hongrois) pour poursuivre sous l’impulsion de Kokoshka, alors directeur de l’école des Beaux Arts, l’avancée idéaliste d’une Europe universelle.

Les artistes de ces nouveaux états nation, dépassent alors ces frontières imposées. Si les grands courants internationaux d’alors : Expressionisme, Futurisme, Cubisme.. sont généralement rattachés à un peuple, à l’éclatement des populations d’alors dans ces territoires, correspond une fusion des artistes et des disciplines, le meilleur exemple étant avec le Bahaus, dont l’aventure est retracée dans une salle du parcours avec Laslo Molohy-Nagy et Herbert Bayer.

Les revues vont devenir essentielles pour ces réseaux artistiques d’avant garde comme le souligne Sophie Lauwers, directrice des expositions de Bozar qui met en avant la redécouverte de figures moins connues de l’histoire de l’art et tout aussi essentielles.
Dès le début du parcours Klimt (lumineuse Johanna Stauder), Koloman Moser (sublime Autoportrait) et Schiele (Hommes accroupis) donnent le ton. Se détache Kokoshka « Le Pouvoir de la musique », Kupka, Alfred Kubin, Helen Funke qui a du batailler pour s’imposer dans un monde hostile aux femmes artistes, Marie Louise von Motesicky et son énigmatique Autoportrait au peigne, artiste ayant du fuir l’Autriche à l’arrivée des Nazis ou Erika Giovanna Klien élève talentueuse de Franz Cizek en bute à des difficultés économiques et sociales qui quitte l’Autriche en 1929 pour New York en pleine dépression. Autre coup de coeur pour le hongrois Bela Kadar qui va croiser l’éditeur du magazine allemand Der Sturm, cité dans l’exposition « Berlin » des Musées Royaux comme rouage essentiel à la diffusion des avant-gardes européennes.
Mais de foisonnement d’artistes de niveaux si différents n’aide pas à créer une véritable atmosphère ou à dégager des lignes de force ou influences réciproques.

Autre période clé que celle de Berlin 1912-1932 proposée par les Musées Royaux même si l’on n’y retrouve pas la même énergie et impulsion !

Avec les œuvres de : Josef Capek, Friedl Dicker-Brandeis, Albin Egger-Lienz, Gustav Klimt, Oskar Kokoschka, Koloman Moser, Antonin Prochaska, Egon Schiele, Lajos Tihanyi..
Programmation musicale associée dans le cadre du « Focus sur l’Autriche« .

Vivez l’histoire de l’art autrement avec le spectacle « Ganymed goes Brussels ».

Chaussez vos lunettes de réalité virtuelle et découvrez le monde merveilleux de Gustav Klimt (1862-1918). Au milieu de l’exposition Beyond Klimt. New Horizons in Central Europe 1914-1938, l’artiste et réalisateur Frederick Baker, spécialisé en réalité augmentée, vous invite à vous promener dans un jardin virtuel. Klimt’s Magic Garden est inspiré du triptyque en mosaïque réalisé par le maître du Jugendstil autrichien pour le célèbre Palais Stoclet à Bruxelles.

Exposition dans le cadre de « 1918 Rêves européens de modernité« :

Dans l’histoire européenne, l’année 1918 est généralement associée à la fin de la Première Guerre mondiale. Mais en Europe centrale et orientale, 1918 a aussi été marqué par la désintégration rapide des empires russe, allemand, ottoman et austro-hongrois, ainsi que par la création de neuf nouveaux États (Autriche, Hongrie, Royaume de Yougoslavie, Tchécoslovaquie, Pologne, Lituanie, Lettonie, Estonie et Finlande), désireux de construire des sociétés modernes.
Cent ans plus tard, BOZAR propose de revisiter cette période bien trop méconnue de l’histoire européenne (…)

INFOS PRATIQUES :
Beyond Klimt,
New Horizons in Central Europe
Jusqu’au 20 janvier 2019
BOZAR
Musique-Expo-Cinéma-Littérature-Architecture-Lab-Théâtre & Dance..
Palais des Beaux-Arts
Rue Ravenstein 23
1000 Bruxelles

A ne pas manquer lors de votre visite Chris Marker « Memories of the Future » en association avec la Cinémathèque Française.

Et pour les amateurs d’art classique, Théodore Van Loon, un caravagesque entre Rome et Bruxelles

https://www.bozar.be/fr
Organiser votre séjour :
https://visit.brussels/fr/

X
X