Temps de lecture : 3 minutes et 23 secondes

Pour leur troisième carte blanche, nos deux invités de la semaine, Roxane Daumas et Olivier Monge ont souhaité nous parler d’un espace voisin de Fermé le Lundi : la galerie photographique 1CUBE. Arnaud Brunet en charge de la programmation, présente le lieu et l’exposition présentée actuellement consacrée à Erwan Morère.

Situé à une centaine de mètres de Fermé Le Lundi, le Studio AZA est le principal laboratoire de tirage photographique de Marseille. Depuis son déménagement boulevard de la Libération en 2017, Cyril Barbotin a ouvert conjointement à son laboratoire un atelier d’encadrement et une galerie dédiée à la photographie. Il en a confié la programmation à 1CUBE dont Arnaud Brunet est le directeur artistique.

Cette promiscuité géographique et photographique crée une synergie et une véritable émulation. Le Studio Aza est depuis notre Installation le partenaire permanent de Fermé le lundi. Qu’en à 1cube, nous avons produit conjointement l’exposition « Tous à la Plage » durant l’été 2018. De par ces interactions et ces manifestations régulières, Studio AZA, 1Cube et Fermé Le Lundi font du boulevard de la Libération, un spot photographique à Marseille.

Photojournaliste depuis plus de 15 ans et fondateur des éditions [NEUS], il crée avec Nadia Dhoukar cette association d’incubation d’idées, de projets et d’artistes dont la galerie est la première incarnation.

Actuellement et jusqu’au 15 juin, il présente la série Aldébaran d’Erwan Morère.

Arnaud, peux-tu nous présenter Erwan Morère et son travail?

Erwan est un artiste complet, humble et un peu fou. Depuis sa sortie de l’Ecole Nationale de la photographie d’Arles, il interroge et perfectionne sans cesse une vision très noire et très blanche de son environnement. Son travail s’articule autour de la recherche de points de vue extraordinaires, aux frontières de la réalité et du fantasme. Que ce soit sous l’eau à Marseille ou dans le ciel avec la série « Sky », il propose une façon inédite d’appréhender le réel. Certes, on peut parfois se perdre dans les méandres de son processus créatif : des photos, un livre avec une bande originale pensée comme une immersion sensorielle *, des sculptures imaginées comme des messages … mais tout cela est foisonnant et, étrangement, serein, positif et beau.

À la galerie 1CUBE, Erwan Morère installe jusque mi-juin son nouveau projet, ALDÉBARAN, avec une sculpture qui représente les deux humains figurant sur la plaque embarquée à bord des deux sondes spatiales Pioneer, lancées dans l’espace en 1972 et 1973. Cette sculpture sera installée en Méditerranée, au sommet de Ferdinandea, une île sous-marine éphémère au large de la Sicile qui a émergé à trois reprises au cours de l’Histoire et doit réapparaître d’ici une dizaine d’année. Les prochaines photographies sous-marines d’Erwan seront certainement celles de cette installation.

* « Mythologies », Photographie Erwan Morère, musique de Masaya Ozaki et Kaito Nakahori. Ed : IIKKI Books.

La programmation de ces deux années est assez hétéroclite. Quelle est ta ligne éditoriale?

Je défends ce que j’aime et ceux que j’aime, et soutiens des travaux toujours en limite des cases dans lesquelles on essaie d’enfermer la photographie contemporaine. Photojournalisme, photo documentaire, photo conceptuelle, art contemporain, dessins… peu importe : je veux une idée, une envie de faire bouger les lignes, une maîtrise du support et un petit grain de folie. À 1CUBE, l’image est avant tout considérée comme support d’actualité, de rêve, de voyages et de poésie et, surtout, un mélange de tout cela.
Une de nos particularités tient également dans notre la relation avec le Studio AZA : on travaille main dans la main, et dans un lieu où il est possible de produire entièrement une exposition avec un artiste, et d’explorer avec lui toutes les possibilités de scénographie. Ce qui est déjà produit, déjà scénographié, statique ou estampillé nous intéresse peu … On essaye de ne pas être là uniquement pour planter des clous, organiser des vernissages et passer des coup de téléphones à des collectionneurs. On aime se trouver aux prémices ou au tournant d’un projet, donner une impulsion et partager le mieux possible avec le plus grand monde. Je crois que, au bout du compte la programmation est à l’image du lieu, éclectique et curieuse et que, plutôt qu’une ligne éditoriale, on s’impose une ligne de conduite qui vise à défendre la photographie contemporaine, ceux qui la font comme ceux qui la regardent.

1CUBE ne promeut pas seulement la photographie. Son champ d’action est bien plus étendu. Peux tu nous en parler?

Comme souvent les belles histoires commencent par des rencontres. Les éditions [NEUS] sont nées d’une envie soudaine de plusieurs professionnels de faire un livre, la galerie 1CUBE a, elle, été imaginée avec Cyril Barbotin [Studio AZA] pour promouvoir la photographie dans un lieu de travail et dans un quartier populaire, eh bien, il en est de même avec Julien Rossin, un jeune chorégraphe marseillais. Nous avons, avec Nadia, vu la première mouture en création de son spectacle PERCEPTION, un quintet de hip-hop contemporain et on a aimé le projet, l’équipe et Julien au point de décider de les incuber. Finalement, en danse, comme en photo, il est question d’image, d’esthétique, de rapport à l’espace, d’une expression privée de mots… Depuis, 1CUBE soutient et accompagne la promotion, la diffusion, la communication et l’administration de PERCEPTION. Nous amorçons d’ailleurs avec KLAP, Maison pour la danse un projet réunissant danse et photo…, les deux pieds actuels de l’association. Bref à 1CUBE, on incube. Ah oui, il y a une histoire de restaurant sur le plateau de Valensole mais ça, c’est une autre histoire.

INFORMATIONS PRATIQUES

jeu25avr(avr 25)9 h 00 minsam15jui(jui 15)18 h 00 minAldébaranErwan MorèreGalerie 1Cube au Studio AZA, 34, boulevard de la Libération 13001 MarseilleType d'événement:Exposition,Photographie


http://www.1cube.art
https://www.studio-aza.com

X
X