600 Views |  Like

Rendez-vous à la base sous marine de Saint-Nazaire avec Claude Lévêque

Temps de lecture : 2 minutes et 44 secondes

Après l’Opéra de Paris et la Vieille Charité de Marseille, changement de décor pour le plasticien français qui investit l’ancienne base des sous-marins de Saint Nazaire, le LiFE à l’invitation de Sophie Legrandjacques.

« Comment intervenir dans un lieu obscur et immense en surface, en hauteur, et par la perspective qu’il offre ? J’ai imaginé ces bouquets de tubes éclairés comme des éclatements, des explosions, quelque chose d’assez guerrier, même si je ne suis pas porté là-dessus(…) » – Claude Lévêque

« Féru d’images spéculaires, Claude Lévêque aime truffer ses installations de fragments réfléchissants.
Le concept de miroir médium, rendu populaire par des artistes comme Michelangelo Pistoletto ou Daniel Buren, bouscule le statut de ce matériau dès les années 1960 : il devient à la fois image et sujet, support et surface.
Amplificateur d’espace, le miroir agit comme puissant capteur de lumière, donc de regard : ce matériau emblématise l’intérêt de Claude Lévêque pour le domaine du spectacle, l’incidence immédiate
de l’univers de la fête foraine ou du cirque, ces univers éphémères qui produisent des sensations fortes avec des moyens souvent bricolés, assez rudimentaires. Mirages modestes qui font scintiller
le paysage, ces dispositifs simples fuient la sophistication, qui convient mal au langage de l’artiste, dont l’œuvre est plutôt parcourue de reflets bruts, « dominée par le métal présent sous
toutes les formes – cages, barreaux, lames, pots d’échappement, jantes, conserves, tôles, rails, etc. comme une mise en abîme de la complexité infinie du réel.
À Saint-Nazaire, l’exposition toute entière travaille l’écriture de la lumière, et tranche avec les récents projets de l’artiste : une intervention in situ plus expérimentale, plus radicale, et un clin d’œil au Cramps et à leur titre Human Fly, petit bijou de rock psychobilly porté par la voix syncopée et les éructations sensuelles de Lux Interior. Le premier couplet du morceau fait allusion à la vision diffractée des mouches. C’est précisément cet œil, sa vision démultipliée à facettes panoramiques, rendue possible grâce à une multitude de capteurs de lumière, qui a intéressé l’artiste pour évoquer l’élargissement de la perception, directement en lien avec l’impact sensoriel paroxystique de son dispositif.
Dans le vaste espace traversant du LiFE, bien protégé sous les chambres d’éclatements des bombes, huit mètres de béton armé pèsent au-dessus des têtes.
Là, disposés au sol, Claude Lévêque répartit sept amas stellaires, spectaculaires bouquets de tiges d’inox poli miroir, liées par des colliers de métal.
Ces barres se sont stabilisées selon leur poids, pour s’auto-bloquer à leur point d’équilibre propre : à la fois similaires et tous différents, ces assemblages croisés forment des nœuds d’éclairs qui dansent sous les saccades stroboscopiques, et vacillent sous le faisceau dédoublé des projecteurs.
Pour amplifier ce trouble visuel, dégagé de l’onirisme à l’œuvre dans d’autres projets, Claude Lévêque spatialise les harmoniques intenses d’entrechocs métalliques. Cette boucle sonore tient du roller coaster bruitiste, entre le tressautement allègre et le roulement menaçant, une circulation trépidante et résonnante qui envahit tout, l’espace comme les corps des visiteurs. De cette combinaison de forces en tension, il résulte une exposition qui agit comme un piège, notion souvent développée par l’artiste. Entre voyage initiatique et embuscade, vertige cosmique et exacerbation de tous les sens, la promenade est belle, toute en secousses.
À faire sur le qui-vive ».

– Éva Prouteau, critique d’art

Rendez-vous :

Carte Blanche Cinéma à Claude Lévêque
Au cinéma art et essai Jacques Tati de Saint-Nazaire, projection de deux court-métrages de l’artiste et d’un film choisi par Claude Lévêque dans le cadre de son exposition au LiFE.
Jeudi 4 juillet (horaires à confirmer),
Salle Jacques Tati
Rue des Frères Pereire
44600 Saint-Nazaire
Rencontre
En compagnie de Claude Lévêque et de Sophie Legrandjacques, commissaire de l’exposition.
Dimanche 8 septembre (horaires et lieu à confirmer)
Le Radôme
Sur le toit de la base des sous-marins, le Radôme est un espace de documentation et d’expérimentation ouvert à tous, conçu comme une extension de l’exposition.
Ouvert tous les samedis et les dimanches du 6 juillet au 25 août, et les 21 et 22 septembre de 15h à 19h. Entrée libre.

INFOS PRATIQUES :
• Claude Lévêque
Human Fly
Commissariat : Sophie Legrandjacques
Exposition du 26 mai au 29 septembre 2019
Au LiFE
Boulevard de la Légion d’Honneur
44600 Saint-Nazaire
https://www.facebook.com/lifesaintnazaire/

• CONTRE-VENTS
Solidarités ouvrières, étudiantes et paysannes dans l’Ouest de la France : Une généalogie
Du 26 mai au 29 septembre 2019
Au Grand Café
Place des Quatre z’Horloges
44600 Saint-Nazaire
Entrée libre
https://www.grandcafe-saintnazaire.fr/