L'Invité.e

Émilie Flory, commissaire invitée du Festival Été photographique de Lectoure, est notre invitée

Temps de lecture estimé : 4mins

Photo d’adolescence. Planche contact de Chris McCaw, Raush Street, San Francisco, 1996 © ChrisMcCaw

Cette année, le Festival L’Été photographique de Lectoure a convié la critique et commissaire d’exposition indépendante Émilie Flory pour établir la programmation de ce cru 2022. Avant la clôture des expositions prévue le 18 septembre prochain, nous avons souhaité offrir de la résonance à cette manifestation estivale en invitant Émilie Flory à participer à notre carte blanche éditoriale. Jusqu’à vendredi, elle nous proposera une déambulation au sein du festival, et partagera avec nous un peu de son univers…

Commissaire d’exposition et critique d’art, membre de l’AICA France (association internationale des critiques d’art), Émilie Flory développe une réflexion sur le régime contemporain des images à travers, notamment, les multiples formes de réappropriations que déploient les artistes aujourd’hui. Dans ses expositions collectives récentes, elle pose la question des racines et des déplacements migratoires, des territoires de conflits, du travail, du cinéma et des notions de décor et de fiction ou encore de la culture underground et des engagements.
Elle a dirigé des centres d’art contemporain pendant près de 15 ans. Depuis 2016, elle mène ses recherches de commissaire indépendante en France et à l’étranger et a mis son expérience au service des artistes et de différentes institutions publiques et privées.

À l’été 2017, elle est la lauréate de la résidence de recherche curatoriale Intersections à Madrid dont découleront différents projets en France et en Espagne entre 2018 et 2023. En 2022, le Centre d’art et de photographie de Lectoure lui confie le commissariat de son festival d’été et elle est l’invitée de l’association suisse aparté pour choisir le lauréat du prix Picker 2023.
Proche des artistes et de démarches alternatives, elle a également été à l’initiative de groupes de collectionneurs, dont elle assure la coordination et gère la prospection et les acquisitions, notamment avec Studio Ganek en Auvergne Rhône-Alpes et avec le Frac-Artothèque Nouvelle-Aquitaine avec le programme Les Apprenti.e.s Collectionneur.se.s.

Elle connaît bien le mistral, la tramontane et le quartier de La Banane à Paris.

Le portrait chinois de Émilie Flory

Si j’étais une œuvre d’art : One and Three Chair de Joseph Kosuth.
Si j’étais une galerie : Sorry We’re Closed à Bruxelles et Polaris-Bernard Utudjian à Paris.
Si j’étais un musée : CA2M à Móstoles dans la banlieue de Madrid.
Si j’étais une artiste : j’en serai 2 (!) Marianne Faithfull & Patti Smith.
Si j’étais un livre : « Ma vie sur la route », de Gloria Steinem.
Si j’étais un film : « Frances Ha » de Noah Baumbach.
Si j’étais un morceau de musique : difficile tellement elle m’accompagne tout le temps… le matin : « This Must Be the Place » de Talking Heads et « Happy House » de Siouxies and the Banshees [parce que je ne sais jamais 10 jours à l’avance où je vais habiter !].
Dans le train tout The National, The Cure et David Bowie [oui… je prends beaucoup le train !]. Le soir : La Chambre de Kat Onoma (+ la reprise en duo de Rodolphe Burger et Christophe) et De corps et d’esprit de Bertrand Belin un peu tout le temps… et Running Free d’Iron Maiden aussi, bref… un morceau c’est trop peu.
Si j’étais un photo accrochée sur un mur : une photo de Lynne Cohen
Si j’étais une citation : « J’aime les promesses qu’on ne peut plus reprendre.
Si vous ne vous sentez pas capable de tenir votre promesse jusqu’au bout, ne la faîtes pas ! »
Fanny Ardant, 2022
Si j’étais un sentiment : la joie.
Si j’étais un objet : un carnet et une carte postale.
Si j’étais une expo : I ♥ JOHN GIORNO d’Ugo Rondinone au Palais de Tokyo.
Si j’étais un lieu d’inspiration : San Francisco.
Si j’étais un breuvage : Une bière artisanale bien faite avec des houblons Simcoe et Citra.
Si j’étais une héroïne: Angie Davis.
Si j’étais un vêtement : des Doc Martens.

CARTES BLANCHES DE NOTRE INVITÉE

Carte blanche à Émilie Flory : Faire flamboyer l’avenir (mardi 13 septembre 2022)
Carte blanche à Émilie Flory : Déambulation dans les expositions de L’été photographique (mercredi 14 septembre 2022)
Carte blanche à Émilie Flory : Pier 24 Photography, San Francisco (jeudi 15 septembre 2022)
Carte blanche à Émilie Flory : Le syndrome du tsonduku (vendredi 16 septembre 2022)

INFORMATIONS PRATIQUES

sam16jul(jul 16)15 h 00 mindim18sep(sep 18)19 h 00 minL’Été photographique de Lectoure 2022Faire flamboyer l’avenirCentre d’art et de photographie de Lectoure, Maison de Saint-Louis, 8 cours Gambetta, 32700 Lectoure


Voir programmation du Centre d’art et de photographie de Lectoure

La Rédaction
9 Lives magazine vous accompagne au quotidien dans le monde de la photographie et de l'Image.

    You may also like

    En voir plus dans L'Invité.e