739 Views |  Like

Mondialité et Frontières imaginaires à la Villa Empain

Temps de lecture : 1 minute et 29 secondes

Ces deux expositions renvoient à la vocation première de la Fondation Boghossian/Villa Empain de favoriser le dialogue des peuples à partir de la culture. Hans Ulrich et Asad Raza renouvellent leur collaboration autour de la pensée d’Edouard Glissant, tandis que Louma Salamé, directrice générale de la fondation propose Frontières imaginaires autour de la thématique de l’exil et de l’altérité.

Mondialité part de l’histoire de la villa Empain, tour à tour occupée par l’armée allemande pendant la 2ème guerre, siège de l’Ambassade de l’Urss dans les années 60, station de télévision puis squat artistique, avant de devenir en 2010 centre d’art et de dialogue ente l’Orient et l’Occident entièrement restauré par la famille Boghossian dans l’esprit Art déco d’origine.
A travers une pluralité de mediums (installations, films documentaires, chansons, archives) la trentaine d’artistes choisis convoquent le phénomène de cosmopolitisme à l’ère de la mondialisation et standardisation culturelle défendant un retour nécessaire à des formes plus rationnelles et nuancées de perception d’un dialogue mondial.

En parallèle un large programme de performances et de projections est proposé le jour de l’ouverture, ainsi que l’ouvrage Mondialité; Ou les archipels d’Edouard Glissant, où plusieurs artistes se sont penchés sur les notions de créolisation et de truchement de la pensée.

Avec les œuvres de : Adonis, Valerio Adami, Etel Adnan, Sophia Al Maria, Kader Attia, Miquel Barceló, Alighiero Boetti, Daniel Boyd, Edith Dekyndt, Manthia Diawara, Simone Fattal, Geneviève Gallego, Dominique Gonzalez-Foerster, Koo Jeong A, Wifredo Lam, Ranjana Leyendecker, Roberto Matta, Steve McQueen, Otolith Group, Walter Price, Raqs Media Collective, Adrián Villar Rojas, Antonio Segui et Sylvie Sema.

Avec Frontières imaginaires, conçue en deux volets, il est question de cartographies mentales dans une veine politique et de représentations plus cognitives et émotionnelles du territoire.Que ce soit avec Mona Hatoum; Barthélémy Toguo, David Byrn ou Jorinde Voigt, l’identité, l’altérité, la migration nous rappellent que « nous ne sommes que les autres », selon la citation en néon de Mekhitar Garabedian. Ce panorama poétique et engagé nous donne l’occasion de découvrir également les œuvres d’artistes en résidence à la Villa.

Avec les œuvres de : Dong Dawei, Chloé Dugit-Gros, Öyvind Fahlström, Mekhitar Garabedian, Aurélie Godard, Mona Hatoum, Walter Leblanc, Grayson Perry, Zhu Rixin, Barthélémy Toguo, Jorinde Voigt and Ji Zhu.

INFOS PRATIQUES :
• Mondialité
du 19 avril au 27 août 2017
• Frontières imaginaires
jusqu’au 30 avril 2017
Villa Empain, centre d’art et de dialogue entre les cultures d’Orient et d’Occident
Avenue Franklin Roosevelt, 67
Bruxelles
Belgique
http://www.villaempain.com/

Organiser votre séjour :
https://visit.brussels/fr/