Temps de lecture : 2 minutes et 2 secondes

Cette semaine, nous partageons avec vous le travail de la photographe suisse Odile Meylan. Il a été réalisé dans le cadre de la seconde session de masterclass Oeildeep sous l’égide de Jane Evelyn Atwood, Jean-Christian Bourcart et Nicolas Havette. Dans « Olivier Longchamp », Odile Meylan, qui a grandit dans une ferme, traduit le quotidien d’un agriculteur dans un traitement sombre et touchant…

Olivier Longchamp

Photographe professionnelle depuis bientôt vingt ans, Odile Meylan a grandi dans une ferme du « Gros-de-Vaud », région agricole de l’Ouest de la Suisse. De cette enfance, puis adolescence, de fille de paysan, elle a gardé un héritage contrasté. D’un côté, des souvenirs très forts, le chant des hirondelles dans la grange, le parfum des montagnes de pommes, et le soleil sur les blés. Mais de l’autre, la gêne, la honte presque, de n’être qu’une fille de paysan, de sentir l’étable, et d’arriver à l’école avec les bottes crottées.
Pour se réapproprier et, quelque part, se réconcilier avec cette identité, et ces racines, Odile a décidé de tourner son objectif sensible vers quelqu’un qui a toujours été là, dans le paysage. Un personnage à la fois évident et distant. Pourtant, la Rustériaz, sa ferme, n’est qu’à quelques centaines de mètres de la Côte, la ferme des Meylan. Mais jamais Odile n’avais pris le temps, ou simplement eu l’occasion, de passer du temps avec lui, de le regarder faire. Durant une année, elle a rattrapé le temps perdu. Au fil des saisons, qui pour un paysan sont bien plus que des prétextes à changer de garde-robe, elle l’a accompagné, avec ses vaches et ses chats.
Il s’appelle Olivier Longchamp, la cinquantaine, il est agriculteur et maréchal ferrant. Ses mains disent le labeur dans chacun de leur repli. Il parle peu, se plaint encore moins, et il aime rire. Avec son accent à couper à la faux, il appelle un chat un chat, il aime ses bêtes, et il les mène à l’abattoir. Comme le faisait le père d’Odile. Comme le font les humains depuis dix mille ans.

Née à Lausanne en 1972, Odile Meylan devient d’abord institutrice mais, très vite, une envie d’aller plus loin l’attire. Elle pose ses craies, saisit son sac à dos et part faire le tour du monde. De retour en Suisse, elle achète son premier boîtier reflex et se lance dans la photographie. Autodidacte et passionnée, elle suit des cours du soir, travaille comme assistante de divers photographes et part se perfectionner quelques mois à l’International Center of Photography (ICP) de New York.
En 2002, Odile est engagée par le quotidien vaudois 24 Heures. Pour ce journal, elle réalise des milliers de cliché. Parallèlement, elle multiplie les collaborations, effectuant des reportages au quatre coins du monde pour les ONG Medair et Terre des Hommes.
En 2017, elle rejoint la galerie online Manétiz.

https://www.odilemeylan.ch

Vous souhaitez participer aux prochaines masterclass ?

  • 6 mois d’accompagnement artistique et technique adapté à vos objectifs et votre parcours
  • 3 professionnels s’impliquent et vous guident dans la construction de votre projet photographique de la conception à la finalisation : prise de vue, editing, post-production, mise en forme pour exposition, publication, projection
  • Alternance de week-ends en groupe à Paris et d’un suivi individuel par skype
  • Restitution de fin de masterclass: projection aux Nuits de la Roquette lors de la semaine d’ouverture des Rencontres de la photographique d’Arles, parution dans le livret annuel Oeildeep, publication de chaque portfolio sur le site de notre partenaire 9 Lives Magazine.

https://oeildeep.com/masterclass

X
X