Temps de lecture : 1 minute et 18 secondes

Après un long suspens et plusieurs mois de relative errance pour le Palais de Tokyo, le président de la République Emmanuel Macron a tranché en faveur d’Emma Lavigne qui occupait la direction du Centre Pompidou Metz. Plutôt que le tandem Gaël Charbau et Dorothée Dupuis ou Simons Castets, c’est une femme qui reprend le navire amiral de Jean de Loisy ! Une première saluée par la critique.

Elle m’y avait reçu à Metz en mai 2018, à l’occasion de « Couples modernes », qui revisitait les enjeux de Elles@CentrePompidou. Dynamique, positive et convaincante, j’avais pu apprécier ses ambitions pour le territoire du grand Est. (cf interview 9 Lives).

Historienne de l’art, Emma Lavigne devient conservatrice à la Cité de la Musique à Paris en 2000, où elle engage une programmation pluridisciplinaire. Commissaire de nombreuses expositions mêlant la musique, le son et l’art contemporain telles que Electric Body, Marclay Replay, Warhol Live, Imagine Peace, elle met en avant plusieurs grandes figures de la scène musicale populaire.

Elle rejoint en 2008 le Centre Pompidou, comme conservatrice pour l’art contemporain, où elle continue de se spécialiser dans les liens entre les arts visuels, la musique, la danse et la performance comme avec Danser sa Vie (avec Christine Macel) ou l’exposition Pierre Huyghe intégrant pour la première fois des organismes vivants.

Depuis sa nomination au Centre Pompidou-Metz en décembre 2014, Emma Lavigne a notamment été commissaire des expositions Warhol Underground, Kimsooja – To Breathe, Oskar Schlemmer. L’homme qui danse, et Jardin infini. De Giverny à l’Amazonie, l’Aventure de la couleur, Couples modernes, et depuis juin « Rebecca Horn. Théâtre des métamorphoses ».

Emma Lavigne a également représenté la France à la Biennale d’art de Venise 2015 avec l’artiste Céleste Boursier-Mougenot et leur projet révolutions. Commissaire invitée de la 14e Biennale de Lyon, elle propose « Mondes flottants »à partir d’une relecture du concept de moderne. Ce lien sera naturellement en phase avec l’équipe du Palais de Tokyo, commissaire cette année de la 15è Biennale de Lyon (chroniques à suivre).

En ce moment au Centre Pompidou Metz :
Rebecca Horn, théâtre des métamorphoses
Jusqu’au 13 janvier 2020
1 Parvis des Droits de l’Homme
57020 Metz
https://www.centrepompidou-metz.fr

A noter que le musée Tinguely à Bâle propose un autre éclairage très complémentaire, « Rebecca Horn, Fantasmagories corporelles ».

X
X