395 Views |  Like

à la France Jim Dine reconnaissant !

Temps de lecture : 1 minute et 4 secondes

Souvent rattaché à ses cœurs géants, ce motif est loin de définir toute la palette de Jim Dine (né en 1935 dans l’Ohio) qui à l’occasion d’un généreux don au Centre Pompidou nous livre toute la finesse de sa poésie dans une relecture féconde de l’histoire de l’art.

« J’offre donc ces vingt-huit œuvres avec des souvenirs, les souvenirs d’une France et d’un Paris qui m’ont nourri, moi dont les grands parents venaient d’Europe, des grands parents polonais, lituaniens, moi qui ne savais rien de la France sinon par les livres, par la peinture française que je voyais dans les livres adolescent. Quand je suis arrivé ici, tout cela a pris vie, m’a attrapé par la peau du cou et m’a touché au cœur.« 

Certains murs de la rétrospective sont ainsi couverts de ses poèmes, souvenirs de ses nombreux séjours parisiens où il a trouvé sa voie esthétique (About Me and Paris). Les 26 œuvres s’inscrivant entre 1961 à 2016 sont le témoignage de cette dette qu’il souhaite honorer et retraçant son évolution du Pop même s’il s’en défend à l’expressionisme pour finalement revisiter les chefs d’œuvres du passé au tournant des années 1970.

Il a toujours un atelier à Montrouge dans lequel il pratique la gravure quand il n’est pas à sa fonderie de Walla Walla dans l’état de Washington avec sa femme la photographe Diana Michener.
Du Pinocchio de son enfance à la Vénus de Milo décapitée, des outils de la ferme du Vermont aux concrete paintings, à la hache qui transperce au peignoir qui enveloppe tel un Balzac au travail, il n’est plus question de le cantonner à certaines catégories. Son cercle d’affinités allant de Claes Oldenbourg, Willem de Konning à Walt Whitman, des portaits du Fayoum à Titien qu’il vénère.

INFOS PRATIQUES :
Jim Dine
Paris Reconnaissance
jusqu’au 23 avril 2018
Centre Pompidou – Niveau 4
Place Beaubourg
75004 Paris
https://www.centrepompidou.fr