Temps de lecture : 2 minutes et 12 secondes

Alicja Kwade est une jeune femme pressée. Polonaise (née en 1979), installée à Berlin elle y est représentée par la puissante Köning gallery mais aussi par la new yorkaise 303 et kamel mennour pour la France. Si elle s’est fait remarquer à la dernière FIAC pour son solo show sous les verrières du Grand Palais et dans les jardins des Tuileries, elle n’avait pas encore de véritable reconnaissance académique. C’est désormais chose faite et Alain Julien-Laferrière que nous avions rencontré à 1 an de l’ouverture du CCC OD, se félicite de lui offrir sa première exposition institutionnelle en France, et en dehors de Paris !

La galerie kamel mennour a permis ce petit miracle tourangeau, ayant financé pour moitié la production de l’installation XXL pensée pour la nef du centre. L’on y retrouve des éléments de « Welten Lienen » ce dédale frénétique dispersé dans l’Arsenale de la Biennale de Venise qui défiait les règles de la gravité et de la perception, de « Out of Ousia » pour Art Basel Unlimited puisant dans le concept ontologique du grec ancien de double imparfait (l’image du spectateur), ou cette fameuse horloge bruyante qui oscillait dans le vide pour la Nuit Blanche 2016 mais cette fois la dimension architecturale du lieu a dominé dans sa démarche. Le CCC OD d’allure minimale brutaliste est comme un balcon sur ville de Tours, ce kaléidoscope de bâtiments d’échelle et de styles différents, éclairé de nuit de plus, et Alicja Kwade a commencé par s’ imprégner longuement de ce contexte. Puis elle a elle a conçu sa réponse avec un ingénieur comme toujours pour pousser les limites des matériaux au maximum du déséquilibre et de la collision.

Dans ce labyrinthe de miroirs l’image du spectateur est à chaque fois déjouée et incomplète comme les possibilités de transformation des objets investis, en perpétuelle révolution sur eux-mêmes, de la colonne baroque à l’arbre, de l’atome à l’univers et vis et versa, suivant la suite mathématique de Fibonacci. Circularité, gravité et absurde vérité. Il ne faut surtout pas qualifier son oeuvre de conceptuelle mais une série de questionnements métaphysiques essentiels : Quelles lois souterraines régissent-elles l’univers ? Que faisons nous de cette capsule de temps compressé qu’est la Terre ? Sur quels consensus avons-nous bâti nos systèmes de mesure et de croyances ? « Resting thought » le titre n’est pas une indication donnée au regardeur mais suggère un état d’esprit plus proche du fantasme que de la vision. Et si les escaliers ne mènent nulle part c’est pour mieux souligner notre impossibilité à échapper à cette contradiction sans issue (comme avec le concept d’Aporie exploré en 2016 pour sa 2ème exposition à la galerie kamel mennour) . Alors peu importe que la figure du labyrinthe ait été inventée tout proche de Tours au château de Chenonceau comme cela sera souligné dans le cadre des « 500 ans de Renaissances en Val de Loire », ou que le visiteur ne comprenne pas tout, Alicja Kwade n’a pas l’intention d’en rester là.

La révolution qu’elle mène de facture esthétisante et d’obédience Copernicienne ouvre le vertigineux tourbillon des possibles, rigoureusement subversive et poétiquement nostalgique.

INFOS PRATIQUES :
Alicja Kwade, The Resting Thought
Exposition réalisée avec le soutien de kamel mennour, Paris / London.
Elle s’inscrit dans le programme artistique et culturel de la manifestation internationale “Viva Leonardo Da Vinci, 500 ans Renaissance(S)“.
Franck Scurti, 15 easy story films
Du 02 février 2019 au 1er septembre 2019
CCC OD – Centre de création contemporaine Olivier Debré
Jardin François 1er
37000 Tours
http://www.cccod.fr

A LIRE
Rencontre avec Alain Julien-Laferrière, directeur du CCCOD Tours
Le #metoo de Ghada Amer pour le CCC OD de Tours !
Lee Ufan, maître intemporel du Centre de Création contemporaine Olivier Debré
Inauguration du Centre de Création Contemporaine Olivier Debré

X
X