Temps de lecture : 3 minutes et 24 secondes

Pour la troisième carte blanche de notre invité Wilfrid Estève, place à l’édition. Il nous parle aujourd’hui de la maison d’édition Louvre Rivoli et de son aventure éditoriale sous forme d’un magazine photo de société. Il présente également deux autres initiatives que sont « In Frame » et « Revers éditions ».

Les revues photographiques ont toujours été présentes chez moi. Ma mère collectionnait l’excellent “Photographies Magazine”, j’ai naturellement été un lecteur assidu des magazines impulsés par Claude Nori, “Les cahiers de la photographie”, “Contrejour Photographies”, “Photo Reporter” dans lequel Jean-François Leroy et Alain Le Bacquer signaient des articles, “Photo”, “Pour voir” cofondé par Armelle Canitrot, “Camera Photo”, les réflexions et coups de gueule de Jean-Christophe Béchet dans les hors séries de “Réponses photo”, la trop courte aventure de “EPIC” de Jean-Matthieu Gautier ou encore aujourd’hui, “De l’air” – 19 ans déjà, bravo Stéphane, Gilles, Grégoire et Julien ! -, “Polka” et “Fisheye”.

Avec Charlotte Vannier, Didier Bizet et Patrick Cockpit nous avons créé la maison d’édition Louvre Rivoli et lancé en janvier 2018 une nouvelle aventure éditoriale : un magazine photo de société.
Il s’agit d’une revue de qualité sur une personnalité avec pour toile de fond, une ville qui jusqu’à maintenant a été Paris. Elle est illustrée par des photographes auteurs ou artistes émergents.
La revue met en avant l’univers d’une célébrité issue du monde des Arts, de la culture, de la politique… qui devient « la rédactrice ou le rédacteur en chef ».

La revue est distribuée en librairie et dans les points Relay durant quatre mois. Pour le n°1, Vincent, nous avons choisi de présenter le Paris de Vincent Perez. Le numéro 2, Arthur, toujours en kiosque, a été réalisé avec la complicité d’Arthur H.

Mon édito du premier numéro exposait la problématique avec laquelle nous devons composer à chaque nouvelle édition.

Pour faire le portrait d’un invité.
Réfléchir d’abord à une idée de revue.
Concevoir quelque chose de joli, quelque chose de simple, quelque chose de beau, quelque chose d’utile pour l’invité… mais aussi pour vous.
Parler ensuite du projet à des amis, à des amis d’amis, l’évoquer dans des dîners, en discuter lors de festivals de photographie.
Adresser des courriers, continuer même lorsque rien ne vient ou que vous tournez sans fin.
Parfois l’invité arrive vite mais il peut mettre de longs mois avant de se décider.
Ne pas se décourager, attendre.
Lorsque vous le rencontrez, lui exposer une idée un peu folle, celle d’une revue qui changerait de nom à chaque numéro.
Réussir à faire briller son regard lors du premier rendez-vous.
Attendre qu’il accepte en espérant qu’il joue le jeu de se livrer,
effacer une à une les idées préconçues que l’on avait de lui,
en prenant soin de respecter ce qu’il est.
Auteurs, artistes ou créateurs, choisir des caractères pour refléter au mieux les facettes de l’invité.
S’imprégner de son imaginaire et de son univers, rencontrer ses amis et photographier son Paris.
L’exercice est délicat car l’invité ne doit avoir ni remords,
ni regrets. Il doit nous inspirer… et aussi tout valider.
S’il ne le fait pas, c’est mauvais signe.
Signe que la revue ne verra pas le jour.
Mais s’il le fait c’est bon signe.
Signe que nous pourrons la signer.
Alors vous pensez à un autre parisien, Jacques Prévert et à cette métaphore de poème que l’on récitait sur les bancs de l’école et vous vous en inspirez pour écrire l’édito de la revue.
Vincent, nous vous sommes reconnaissants pour tout le temps passé dans un projet qui nous a tenus debout près de six mois.
Pérez, Paris et Photographie ne se sont jamais aussi bien associés.
Vincent est une revue sur Paris dont la photographie est le fil conducteur. Ce sont des coups de coeur mais également
des coups de gueule.
C’est un jeu de miroir durant lequel un dialogue s’installe entre une ville, des auteurs et une personnalité.
C’est le Paris d’un homme à la fois comédien et réalisateur, qui a la passion de la photographie.
C’est aussi une revue sur Paris contée et illustrée par des photographes auteurs, celles et ceux du studio Hans Lucas.

Les revues sont en vente en ligne ici : http://louvre-rivoli.fr

En parallèle à cette revue sans nom, deux initiatives ont été lancées : In Frame et Revers éditions.

In Frame est piloté par Kalel Koven, son approche artistique est sans concession.
Cette initiative, créé en 2017 par Kalel Koven, Jérôme Lorieau et moi-même, valorise la photographie documentaire à travers une démarche globale :
Un webzine anglophone dédié à la photographie documentaire explorant les approches et les influences du genre, des rencontres, des conférences, des projections, des expositions en partenariat avec des évènements photographiques. Une galerie photo itinérante a été développée, elle a été présentée en 2018 dans les festivals d’Arles, In Cadaques, durant la foire Photo Doc ainsi que des évènements parisiens. D’autres projets sont à l’étude comme une édition de livres photo.

Pour finir, la toute dernière initiative créée en 2018 avec la complicité d’Elsa Seignol qui la dirige : REVERS éditions.
Maison d’édition indépendante, REVERS publie des zines de photo documentaire en éditions limitées ayant pour sujet la France.

Elle est née d’une envie simple de mettre en avant des univers et des auteurs et de proposer une vision atypique du territoire .Archives jamais montrées ou sujets contemporains décalés, chaque titre raconte un lieu, une époque, une manière de vivre. Un regard à revers pour retrouver, découvrir, rire ou réfléchir.

Revers : http://revers-editions.com/
In Frame : http://inframe.fr/
Revues Vincent & Arthur : http://louvre-rivoli.fr

X
X