429 Views |  Like

Hyères : le soft power de la mode

Temps de lecture : 6 minutes et 26 secondes

Chaque printemps, la caravane mode colonise Hyères jusqu’à la presqu’île de Giens sous l’impulsion de Jean-Pierre Blanc le temps d’un festival qui ne cesse de revitaliser l’ADN de la Villa Noailles. Il faut dire que cette partie de la french riviera lancée au XIXème par l’impératrice Eugénie se verra éclipsée par la suite par Nice alors que palmiers et riches façades témoignent encore de ces heures prestigieuses.
S’il existe bien des tribus dans la mode, on peut parler d’une famille à Hyères.

Mais comme dans toute famille « successfull » elle attire les convoitises, à regarder de près l’assemblée quelque peu hétéroclite qui se presse dans les jardins. Entre le militaire échappé de la base navale toulonnaise en parfait uniforme et le type à la gourmette qui a abusé des UV, le faux loup de mer et le vrai fondu de glisse, la Paris Hilton du Var qui a ressorti le sweet ou le peloton de pompiers body buildés qui matent de la terrasse, tout le monde n’a pas le sésame qui se résume avant tout au badge et package presse +++ (à savoir les invitations aux déjeuners dans de mythiques jardins suspendus, défilés au milieu des marais salants et parades du soir au cirque local). C’est ce mélange des genres totalement unique qui donne une saveur incomparable à l’évènement. Chacun est le bienvenu quelque soit son background et ses attentes. Toute forme de formatage est bannie à voir les maillots façon camping créés pour l’occasion et vendus à la boutique qui incarnent cette liberté de ton et de style, farouchement défendue par Jean Pierre Blanc.

Le temps est comme suspendu et soudain il n’est plus question que de savoir où se trouve Edgar mon chauffeur, la meilleure pissaladière en ville et quel bus fait la navette entre le Casino et la Villa (important les rencontres dans le bus !).

Les professionnels savent que chaque édition apporte son lot de pépites, les maisons Chanel ou Chloé ne s’y trompent pas. C’est pourquoi Lou Doillon, Tilda Swinton ou Farida Khelfa ont répondu à l’appel du Jury : voir le Palmarès complet de l’édition 2018.

Marie de la Fresnaye a rencontré les artistes sélectionnés pour des entretiens sonores, dont certains sont lauréats…

© Eva O’Leary

Eva O’Leary (Irlande/Etats Unis). « Spitting Image »
Grand Prix du Jury Photographie

A partir de la pratique narcissique des adolescentes, une réflexion sensible sur cette période transitoire où l’on ne rentre plus dans le cadre ! (Entretien en anglais)

© Sarah Mei Herman

© Sarah Mei-Herman

Sarah Mei Herman (Pays Bas) « Xiamen »
Prix de la Photographie AMERICAN VINTAGE

Vrai coup de coeur. A l’occasion d’une résidence en Chine elle explore les liens tissés sur place et l’empathie ressentie. « Touch » le titre exact de la série renvoie autant à l’épiderme qu’aux sentiments. (Entretien en anglais)

© Csilla Klenyanszki

Csilla Klenyanszki (Hongrie), « Top-to-toe » – Chapeau, Chanel
Prix de la Nature Morte

Une approche conceptuelle de l’autoportrait sous forme de petites vidéos drolatiques qui interrogent le rôle de la femme et sa place. Un équilibre instable constamment remis en cause. (Entretien en anglais)

© Sanna Lehto

Sanna Lehto (Finlande), « Morphologies »
Prix du Public – Ville d’Hyères

A partir de ses collectes dans la campagne finlandaise, elle rapproche l’herbier de la grande tradition de la nature morte. (Entretien en anglais).

© Pascale Arnaud

Pascale Arnaud (France), « Emerging Adulthood »
Sélection Compétition Photographie

Coup de projecteur pour ses nuances de gris qui renvoient à ces zones fluctuantes d’un âge où l’on se cherche et se réfugie dans une certaine nostalgie.

© Cécile Gray

Cécile Gray (France), « Initiale(s) »
Prix du Public – Ville d’Hyères

Nous l’avions rencontré avant le festival autour de ce concept étonnant de « bijoux-vêtements »et c’est un bonheur de découvrir ses nouvelles créations autour du croisement des disciplines, étant architecte de formation. (Lire : Hyères : Rencontre avec la fashion designer Cécile Gray)

© Jinah Jung

Jinah Jung (Corée), « Collection de sacs »
Sélection Compétition Accessoires de Mode

La Coréenne Jinah Jung et sa collection de sacs à partir de chaussures recyclées auprès de la marque le Coq Sportif). (Entretien en anglais)

© Allyssa Heuze

Allyssa Heuze (Philippines-France)
Sélection Compétition Photographie

© Aurélie Scouarnec

Aurélie Scouarnec (France)
Sélection Compétition Photographie

© Jaakko Kahilaniemi

Jaakko Kahilaniemi (Finlande)
Sélection Compétition Photographie

© Teresa Eng

Teresa Eng (Canada)
Sélection Compétition Photographie

 

Hyères lieu de tous les possibles ? laboratoire et incubateurs de tendances certainement, comme à l’époque de Man Ray et autres invités prestigieux des Noailles qui testent leurs inventions dans ce dédale cubiste de la Villa.

Promis, on revient l’année prochaine !

A suivre : Interview de l’artiste Matthieu Cossé, Olivier Amsellem fondateur du concept store marseillais Jogging, Pascal Morand, Président Exécutif de la Fédération Française de la Couture…

33e Festival International de Mode, de Photographie et d’Accessoire de Mode de Hyères
Villa Noailles
Montée de Noailles
83400 Hyères
Festival et concours du 26 au 30 avril 2018
Expositions du 26 avril au 27 mai 2018
Plus d’infos ici