Temps de lecture : 1 minute et 52 secondes

« Rousse : accepter le deal » Sonia Rykiel
« Je voudrais bien vous voir avec une perruque rousse« . JJ Henner

Deux citations qui traduisent bien les fantasmes véhiculés par une telle couleur ! Comme le résume fort bien Michel Pastoureau dans le passionnant catalogue de l’exposition du musée Jean-Jacques Henner : « Roux est plus qu’une nuance de couleur ; c’est presque devenu au fil des siècles une couleur à part entière, une couleur dévalorisée, .. »

Mais alors pourquoi ce lourd passif symbolique a t-il toujours fasciné et continue de fasciner nombre d’artistes, dont Jean-Jacques Henner, le « peintre des ors fauves » comme le décrit la conservatrice du musée, Claire Bessède, à l’origine de cette exploration inédite captivante à plus d’un titre. Rassemblant pour la première fois, à partir du riche fonds Henner (sanguines et carnets inédits) des peintures des musées d’Orsay, Petit Palais, Beaux Arts de Paris et masques et artefacts du musée du Quai Branly, Mucem, Collection Française, ainsi que de collections particulières dont celle de Nathalie Rykiel, le parcours revient sur l’obsession du roux chez Henner à l’aune de son atelier, les préjugés attachés à cette couleur à différentes époques jusqu’à une revendication très contemporaine.

Ainsi de la Naissance de Vénus Botticellienne (rousse !) à Judith triomphant d’Holopherne ou Salomé la tentatrice, Sarah Bernardt, Loïe Fuller, Rita Hayworth, David Bowie, les indiens d’Amérique et guerriers polynésiens flamboyants, la fée Mélusine.., héroïnes et héros peuplent la littérature et les beaux arts, la mode, la photographie jusqu’à leurs avatars plus populaires en BD, Spirou, Peter Pan, Tintin, Obélix et Astérix, entretenant le mythe !

Tour à tour maudites ou magnifiées, les rousses acclamées dans la poésie et le roman (Baudelaire, Zola) trouvent chez Jean-Jacques Henner un écho unique réévalué à partir de ses sanguines et nombreux toiles, « l’Idylle » qu’il présente à son retour de la Villa Médicis, « la Liseuse », la « Comtesse Kessler », rapprochées de ses contemporains, Renoir, Degas, Courbet, Edgar Maxence, jusqu’à aboutir à son emblématique « Christ Roux », qui transgresse la connotation de la trahison habituellement liée à cette couleur dans la Bible.

Dans une veine très contemporaine, les « robes hommages » des créateurs à Sonia Rykiel ont souligné cette arme fatale qu’elle avait su dompter et apprivoiser pour en faire ensuite plus qu’une signature, une ode à la différence et un étendard à l’altérité. La photographe Geneviève Boutry s’est aussi penchée sur cette planète rousse et a recueilli de nombreux témoignages de ceux et celles qui vivent au quotidien railleries, ostracisation ou fascination.

Un volet pédagogique qui traverse l’iconographie de l’art complète favorablement cette approche à la fois sensible, éclectique et érudite dans cet hôtel particulier au charme inégalé !

Catalogue coédition Le Seuil/ musée national Jean-Jacques Henner, 24,90€

190 pages avec les essais de : Michel Pastoureau (Ecole pratique des hautes études), Claire Bessède (musée national JJ Henner), Isabelle de Lannoy (historienne de l’art), Yves le Fur (musée du Quai Branly), Xavier Fauche (scénariste) et Cécile Cayol (musée national JJ Henner).

INFOS PRATIQUES :
Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel
Jusqu’au 13 mai 2019
Musée Jean-Jacques Henner
43, avenue de Villiers
75017 Paris
Ouvert tous les jours de 11h à 18h Fermeture les mardi et certains jours fériés
http://www.musee-henner.fr

X
X