Temps de lecture : 3 minutes et 17 secondes

Dans le cadre de sa saison dédiée à la photographie humaniste et sociale, et après la longue exposition de Willy Ronis, le Pavillon carré de Baudouin laisse place à une nouvelle rétrospective, cette fois-ci consacrée au photographe William Daniels. Dans « Wilting Point », les deux commissaires -le photographe lui-même et Marie Lesbats- ont réuni une sélection d’images puisées au travers de nombreux sujets réalisés sur une décennie. Pascal Therme, notre critique, les a rencontré…

« Dans la presse, on publie un sujet et une histoire, ici on a pu résonner un peu différemment, en mélangeant les sujets, et c’est quelque chose qui ne se fait pas beaucoup dans le photojournalisme. J’avais envie de me faire plaisir en cassant tout ça, et aussi d’y inclure des images qui ne trouvent pas leur place en presse, pour pouvoir apporter quelque chose de plus personnel. D’ailleurs j’avais un peu peur de la réaction du milieu du photojournalisme, mais pour l’instant personne ne nous est tombé dessus« . William Daniels.

Une exposition en rupture avec les codes de la presse

C’est presque un tour du monde qui nous est offert, sous une forme d’installation. La scénographie ne nous offre pas à voir un sujet après l’autre; la volonté a été justement de casser les codes, en mélangeant les séries, où chaque image en très grand format est tenue de dialoguer avec les autres, et de créer des interactions entre les histoires… Pour accentuer cette harmonie, le choix a été opéré de ne pas associer directement les textes descriptifs aux images, pour que le visiteur soit porté par l’image plutôt que par le propos. Toutes les légendes riches et documentées sont publiées dans un journal que l’on peut consulter lors de sa déambulation, et que l’on peut emporter pour une lecture ultérieure.

William Daniels revient sur la genèse du projet de cette exposition, fruit de plus d’un an de travail.

« Wilting Point » est un panorama de la barbarie, malgré la distance qui sépare chacun des pays explorés, on y décèle un point commun d’équilibre précaire, souvent hérité d’un lourd passé colonialiste. Tous les sujets présentés n’en forment plus qu’un… Cette exposition incite à la réflexion sur la domination des peuples, sur le passé, et leurs conséquences à long terme.

« Cheminant de la lumière vers l’ombre, l’exposition Wilting Point confronte des destins brisés à la résilience de la nature et de la dignité humaine. Les représentations de mondes en rupture sont associées à des portraits atemporels, des natures mortes et des paysages, zones universelles de repli et d’apaisement. Si ces images-ressources reflètent la constance, elles renvoient pourtant à la fragilité et au caractère éphémère de notre condition« . M. L.

Visite guidée par Marie Lesbats, la co-commissaire :

A suivre notre article sur l’exposition > le mercredi 6 février 2019 !

INFORMATIONS PRATIQUES

ven25jan(jan 25)11 h 00 minjeu11avr(avr 11)18 h 00 minWilting pointWilliam DanielsPavillon Carré de Baudouin, 121 rue de Ménilmontant 75020 ParisType d'événement:Exposition,Photographie

X
X