Temps de lecture : 4 minutes et 30 secondes

Pour leur seconde carte blanche, nos deux invités de la semaine, Roxane Daumas et Olivier Monge nous dévoilent en avant première MYOP IN Arles 2019. Depuis 2011, l’agence MYOP, organise un événement hors norme à l’occasion de la semaine d’inauguration des Rencontres d’Arles. Pour cela Olivier Monge membre de l’agence a donné la parole au co-fondateur et gérant Guillaume Binet.

L’agence MYOP s’est fait une spécialité remarquée … l’organisation des « MYOP IN ». Un concept né à Arles en 2011 puis exporté à Londres puis Paris. L’idée est de prendre possession d’un lieu, en général en mauvais état, et d’y apporter l’envie, la vie, l’énergie, notre conception de la photographie et surtout notre manière de la partager ; De la convivialité et des rencontres autour de photographies parfois sérieuses.
Bref, les MYOP In sont peut être la mise en forme de notre fantasme de photographie.
Au fil du temps, cet événement que l’on désire hors-norme et le moins institutionnel possible est devenu un incontournable des rencontres d’Arles.
Les différents MYOP IN ARLES ont chacun eu leur identité propre …2011, 2014, 2018 chaque millésime a été marqué par la personnalité et la conviction de leur directeur artistique, des photographes et de leurs travaux.
L’édition MYOP IN ARLES 2019 est en pleine préparation …

Olivier Monge invite donc Guillaume Binet , co-fondateur et gérant de l’agence MYOP, afin de nous présenter en avant première Le MYOP IN ARLES 2019 qui aura lieu du 1 au 7 juillet 2019 à l’occasion de la semaine professionnelle des Rencontres internationales de la photographie d’Arles.

Comment définirais-tu l’agence MYOP dans le paysage photographique ?

MYOP est une agence très indépendante et, dans un monde qui est de plus en plus phagocyté par des groupes aux intérêts plus mercantiles que photographique ou artistique, nous résistons. Nous représentons 19 auteurs, certains plus dirigés vers le documentaire, d’autres vers les galeries (quand les deux ne se complètent pas), mais avec une même envie: celle de partager et de vivre la photographie. Je ne sais pas si beaucoup d’agences peuvent revendiquer une telle respiration. Ce sont cette vie, nos talents, et nos regards décloisonnés qui rendent notre structure attirante aussi bien pour les photographes que pour nos partenaires.
Si le milieu de la photographie vit une crise à beaucoup de niveaux, nous n’avons pas envie de nous plaindre, par manque de temps peut-être, mais surtout parce qu’il nous paraît plus important de continuer à lutter, pour convaincre de l’importance sociale d’une photographie pensée, assumée, vivante et engagée.

Quel est ton rôle dans MYOP ?

Je suis gérant de la structure depuis sa création donc j’ai, de fait, une responsabilité administrative et suis garant (sans être le seul) d’un certain état d’esprit. Mais notre agence a un mode de fonctionnement particulier, organisé par cercles de décision. Avec les co-directeurs, Stéphane Lagoutte et Julien Pebrel, ainsi qu’Antoine Kimmerlin, responsable éditorial, nous formons ce qu’on appelle « le bureau ». On centralise les idées et essayons de maintenir l’énergie. Surtout de ne pas rester figés, d’être en mouvement, originaux, vivants et sérieux.

Comment et avec qui se monte et se finance une opération comme un MYOP in ARLES ?

Avec l’énergie de tous les photographes de MYOP. L’apport en industrie, l’engagement de chacun au profit du collectif, est essentiel, de la direction artistique à l’organisation de la logistique et à la gestion de la buvette!
Un événement comme celui-ci ne pourrait bien évidement pas exister sans le soutien de nos partenaires, publics et privés, qui vont nous apporter des financements, des savoir-faire (laboratoires de photographie, encadreurs,..) ou du matériel (peinture, papier,…). Dans la recherche de partenariats, notre objectif principal est de travailler avec des partenaires qui correspondent à la photographie et à l’état d’esprit que nous défendons.
Pour finir bien sûr, les « MYOP in » ne peuvent pas se monter sans l’implication des propriétaires des lieux que nous occupons temporairement. Nous entretenons avec la Mairie d’Arles d’excellents rapports, et sommes très reconnaissants de la confiance qu’ils nous témoignent, des services techniques aux services culturels et patrimoniaux, sans oublier Mr le Maire. C’est très agréable et encourageant de se sentir soutenu tant sur nos actions événementielles que culturelles.

Quels sont les grands axes de la direction artistique de ce MYOP in ARLES 2019 ?

Cette année, nous désirons mettre en avant les savoirs-faire, les réflexions et les particularités de l’agence. Si en 2018 chaque photographe avait son espace et son exposition, en 2019 la notion de collectif sera au centre de nos préoccupations.
Nous parlerons d’édition, de presse, d’exposition, ensemble. Nous nous poserons la question de la / des portée(s) d’une image. Nous nous demanderons si les images qui nous importent nous rapportent et vice-versa.
Les photographes proposerons des réflexions sur des thèmes communs, de Notre-Dame en flammes aux mois de violences sociales, en passant par l’affaire Benalla , c’est conjointement que nos auteurs se questionneront sur le traitement de l’actualité en France.
Nous aurons aussi la joie de montrer les travaux de Julie Hascoet et Pascal Maitre, qui nous ont fait l’honneur de nous rejoindre cette année.
Enfin nous nous appuierons sur l’envie de rencontre et d’échange qu’un tel lieu suscite. Donc rendez-vous au 5 rue du Cloître à partir du 1er juillet!

Quelles sont les objectifs de telles opérations évènementielles ?

Etre un groupe d’abord, se connaître et construire ensemble des choses un peu folles.
L’identité de l’agence se construit avec celle de chacun, et rêver de beaux projets ensembles est notre ciment. Parfois ils se réalisent…
Ensuite rencontrer le plus de gens possible. Découvrir ou revoir de nouveaux partenaires et amis dans un lieu qui nous ressemble. On peut déconner en étant extrêmement sérieux et professionnels. Notre travail de photographe est notre vie, et nous souhaitons mettre en avant lors de ce MYOP in Arles l’agence ainsi que ses auteurs.
Nous parlerons d’amour comme de carte de presse.

Il y a t il un lien entre les Rencontres Internationales de la photographie (le «  in » ) et MYOP in Arles ? Voudrais-tu que ces manifestations fassent parties intégrantes de la programmation officielle ?

Il y a un lien, bien sûr. Sans le « in » pas de « MYOP in ». Notre « in » ne veut pas dire qu’on voudrait être officiel, mais que quoi qu’il arrive, on est dedans, là dans la ville, au coeur des choses. Remarquez qu’on n’est surtout pas « off ». Nous ne sommes pas éteints, mais bel et bien en mouvement.
Je suis certain que Sam Stourdze cette année va nous présenter une magnifique édition. On s’entend très bien avec lui. Il y a les rencontres « officielles », et il y a l’endroit où se rencontrer, peut-être plus caché, plus intime et plus libre. Certains nous disent qu’Arles au début, c’était comme chez nous, ce qui nous fait extrêmement plaisir.
Etre dans la programmation officielle? Je ne sais pas, chacun sa place. Nous cette année notre place sera rue du Cloitre, quelques centaines de mètres carrés, mais bien à nous. Ce qui n’enlève pas que je serais ravi de discuter d’actions conjointes, voir d’une représentation un jour de MYOP dans le « in » des Rencontres. Malgré la différence de taille, nous faisons partie d’un même monde et avons les mêmes envies!

Quelles sont les grands projets de l’agence MYOP pour les années à venir ?

Un peu tôt pour en parler. désolé…

INFOS PRATIQUES
MYOP IN ARLES 2019
Du 1 au 7 juillet 2019
5 rue du Cloître
13200 Arles
Entrée libre
http://myop.fr/

X
X