Temps de lecture : 1 minute et 28 secondes

Pour sa seconde carte blanche, notre invitée de la semaine, la galeriste Annie Gabrielli nous propose de découvrir l’univers de Marc Gaillet, artiste qu’elle va présenter lors de la foire art up! Lille du 28 février au 3 mars 2019.

Cette année, Art Up ! Lille consacre son édition à la photographie en invitant Fotofever Paris, Stand F26. C’est dans cet espace que la galerie présente quelques photographies de Marc Gaillet.

Entre humour et désarroi, l’imaginaire de Marc Gaillet entre en collusion avec l’immédiateté de l’actualité et sa mise en scène.
Un crâne rouge imposant sur le format et éclatant sur le fond noir est constitué d’une multitude de figurines de plastique. La Statue de la Liberté s’effondre et se brise en mille armes dorées tandis qu’un tigre trône en pleine nature ou encore un cerf sur le quai d’un tram, tous deux à côté d’une valise recouverte d’une peau identique à la leur…

L’artiste, en nous donnant à voir des signes, voire des symboles appartenant à l’imaginaire collectif et à une imagerie stéréotypée, nous déplace dans nos représentations comme dans nos habitudes perceptives. Jouant sur les contrastes, les ruptures visuelles et sémantiques, il créé tensions et paradoxes par des mises en relation incongrues, des télescopages d’objets, de textures et de matières, des collisions surprenantes.

Tout et partie, solidité et fragilité, séduction et effroi, légèreté et gravité, animalité et humanité… toutes ces oppositions présentes dans les photographies placent le spectateur dans une double lecture, faite d’émotions et d’interprétations contradictoires.
Nous sommes dans un entre-deux, sur le fil du rasoir… Ce que nous voyons au premier regard n’est jamais ce que nous comprenons finalement ni ce que nous savons. Une déstabilisation des sens et du sens s’opère alors que notre corps s’approche ou s’éloigne pour mieux apprécier ce qui lui est donné à voir dans les grands formats que l’artiste privilégie. Pour le décrypter, pour faire en sorte que l’image se (dé)livre après le trouble de la séduction et de la familiarité trompeuse.

Rejouant et déjouant les représentations communes et bousculant nos manières de voir, Marc Gaillet transfigure le réel en le parant de voiles contradictoires et nous berce ainsi d’illusions… Gardons en tête que ces artefacts et ces trompe-réel sont aussi là pour nous rappeler la duplicité de la photographie et nous inviter à toujours regarder au-delà des apparences, par-delà la fascination.

http://www.marcgaillet.com/
http://galerieanniegabrielli.com/
https://lille.art-up.com/

X
X