Temps de lecture : 2 minutes et 19 secondes

Nous recevons un grand nombre de portfolios sur la crise sanitaire qui nous touche depuis début mars. Chaque semaine, nous sélectionnerons une série pour la partager avec vous. Aujourd’hui, découvrez « Depuis mon cloître » réalisé par la photographe française Axelle Duault-Dhallenne. Elle partage avec nous son interprétation du confinement et nous offre un voyage d’espoir…

Depuis mon cloître
Comme beaucoup ces temps-ci, avec des déplacements limités, je me suis replongée dans mes anciennes photos, et je me suis demandé à quoi pouvaient bien ressembler ces endroits aujourd’hui. Sont-ils teintés d’une étrange lumière, infectée elle aussi par le virus ?
Tout est fermé, la nature a repris ses droits et nous devons rester chez nous. J’ai choisi de donner mon interprétation de cette période bien particulière qu’est le confinement. Un voyage dans un monde que j’essaye de voir avec optimisme, malgré les difficultés.

J’ai commencé la photographie à 18 ans. Ayant eu la chance de vivre plusieurs mois dans différents pays tels que le Pérou, l’Espagne ou encore le Canada, j’ai pu enrichir ma pratique artistique et découvrir de nouveaux environnements ; dénicher l’exotique dans le quotidien, le dépaysant, l’étrange ; confronter les points de vue. J’ai un vrai goût pour le voyage, mais la période de confinement que l’on vit actuellement m’a permis de me recentrer sur ce qui m’entoure et de voir la beauté là où je ne la voyais plus forcément.
Lyonnaise d’adoption depuis 2007, j’ai fait partie pendant plusieurs années de la Gourguillonnaise, association culturelle offrant pour sa section photo des lectures d’images, des conseils pratiques et des visites de galeries. J’ai ensuite profité d’une master class organisée par la galerie Vrais Rêves, toujours à Lyon, où l’on m’a aidé à construire un projet axé sur la couleur et la frontalité de photographies rapportées du Canada.
Je participe aujourd’hui à des lectures de portfolios organisées par Poltred, la maison de la photographie à Lyon, afin d’affiner les différents projets sur lesquels je travaille.
J’ai eu la chance de pouvoir exposer à Angers ou encore à Lyon dans des bars ou des bibliothèques, et j’imprime parfois certaines images en grand format afin de les afficher dans la rue un peu partout dans le monde. Je suis également très fière d’avoir été sélectionnée récemment pour le Lomohome de la semaine sur le site de photographie argentique Lomography.

Lomography : https://www.lomography.fr/magazine/344589-lomohome-de-la-semaine-axd1
Flickr : https://www.flickr.com/photos/axd1/
Instagram : https://www.instagram.com/axd80/

SUR LE MÊME THÈME :
Guillaume Nédellec présente Intérieur extérieur, une autre vision du confinement
L’Herbier des grands titres, Alexandra Serrano
Musées confinés par Olivier Monge
Le réveil de la nature par Mélanie Dornier
La vie en couleurs, une série d’Adrien Nowak
Paris Poésie, une série de Clara Pauthier
50° 43′ N 3° 10′ E, Journal de déconfinement par Jean-Michel André
Les jours se suivent, une série de Céline Gaille
Gaëlle Magder présente La Divine Tragédie
Thomas Louapre : Le confiné libéré, journal d’un huis clos
Anna Bambou : En quarantaine, une série à quatre mains
Confine qui peut, une série en cours de Charles Delcourt


Vous êtes photographes et vous souhaitez donner de la visibilité et de la résonance à votre travail ? Notre rubrique Portfolio vous est consacrée !

Comment participer ?
Pour soumettre votre travail à la rédaction, il vous suffit d’envoyer à info@9lives-magazine.com

• Une série composée de 10 à 20 images. Vos fichiers doivent être en 72DPI au format JPG avec une taille en pixels entre 900 et 1200 pixels dans la plus grande partie de l’image ;
• Des légendes (si il y a) ;
• Un texte de présentation de votre série (pas de format maximum ou minimum) ;
• Une courte biographie avec les coordonnées que vous souhaitez rendre public (site web, email, réseaux sociaux…)

X
X